30 mai 2021

Valeur métaphysique des vacances

     Les vacances se définissent étymologiquement comme une expérience de la vacuité, c'est-à-dire d'une forme particulière de vide qui n'est pas le néant. Rien ne ressemble moins à une pratique de ce genre que celle du vacancier affairé, absorbé tout entier dans l'activisme bruyant et saturé dont le tourisme de masse constitue le triste et pathétique parangon.              J'éprouve la vacance depuis longtemps lorsque, me libérant des pesanteurs d'en-bas, je rencontre les... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 07:14 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 mai 2021

La joie du marcheur

 Mirage du réel, Démocrite Marcheur, vois-tu où te mènent tes pas ? Sais-tu seulement l'errance vitale qui te porte confiant et ensauvagé à la lisière d'une indicible énigme ? Ton audace n'est rien sans l'épreuve de la divinité qui t'enveloppe et te submerge de part en part. L'heureuse et inexorable apparition de la brume abolit tout objet et te livre en pâture aux assauts tragiques de l'éphémère : en ces lieux, tu meurs et renais mille fois. A chaque expiration, à chaque prise d'air, tu te rapproches un peu plus des... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 06:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 mai 2021

Humeurs de mai : marcher, penser, d'Arthur à Friedrich

I) Se libérer du confinement : les Gabizos, Démocrite Avec ce mois de mai maussade et la fin relative des confinements successifs, une part de ma réalité demeure rétive à l'idée de s’arracher à la torpeur d’un sommeil hivernal, à la manière de l’ours ou de la taupe. Sans doute, me suis-je hissé hors de ma tanière pour humer l’air du large mais les nimbes lourdes qui dessinent dans le ciel d’indiscernables contours me replongent dans les plis d’une cécité contrariée par le réel. Des forces aussi obscures qu’infécondes travaillent... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 21:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
04 mai 2021

Distance et confinement

   Avec le confinement, la question de la distance à l'autre émerge avec une acuité nouvelle et se révèle non seulement problématique mais étrangement paradoxale. Alors que l'activité sociale, à l'arrêt depuis des mois, rétrécit voire interdit tout rapport à l'altérité, j'entends dire que bien des relations intimes et familiales se sont effondrées sous l'effet de la proximité imposée par la période. Le paradoxe est bien le suivant : privés de la plupart des liens sociaux, les individus sont condamnés à investir le seul... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :