09 décembre 2017

Dans les brumes du vivre

  Coulent les brumes comme un destin, Sans but ni intention, Fuite des mortels affairés. Le fleuve de vie toujours se renouvelleEn une danse sacrée. Dans l'hiver sans mesure se loge le printemps naissantÉternel passage de la beauté que rien n'attend. Sous les arbres du monde danse le vieux passant Sans but ni intention. Réconcilié ?                                  
Posté par Democrite à 12:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 avril 2017

Chemin brisé

Rien de tel que de gravir des cimes et de sentir la solitude des grands espaces pour échapper aux miasmes d'en-bas. La puissance tellurique des pics d'Aspe dessine la sauvage frontière des origines. De l'autre côté se dissimule l'impossible, le sans-Voie. Gardons-nous de nous en approcher !    La lumière fécondante sculpte le relief. Sibylle donne la mesure de l'Immense sur la Pointe de Surgatte. L'Immense cache toujours son propre détail enveloppé dans les ombres naissantes.   La grande séduction printanière... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 avril 2017

La relation d'amitié comme création

 L'Ami - Image de Démocrite Chacun suit immanquablement une sente, se laisse aller à la teneur secrète d'une intériorité qui fait mystère pour soi mais aussi le plus souvent pour les autres, même si le flair subtil du psychologue et du généalogiste pourra percevoir à l'arrière, sans l'identifier pour autant, un régime de forces plus ou moins incisif, plus ou moins actif ou réactif, une façon de se tenir, d'entrer en relation, de parler et d'insister, une apparence jouée ou surjouée pour exister sur la scène du monde. ... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:14 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 avril 2017

Dessaisissement matutinal

C'est dans un état d'ahurissement matutinal que je me précipitai hier, au sortir du lit, sur ma terrasse pour contempler le jour nouveau et ses brumes liquides. Ma nuit n'avait pas été bonne, chahutée par des récurrences nodales insurmontées. Il me semblait éprouver, au coeur d'une horizontalité véhémente, la balance d'un rythme anarchique, rétif à la régularité qui rassure et offre au sommeil, en général, sa garantie. Que diable s'était-il passé pendant la nuit ? J'avais tout de même dû m'assoupir et m'abandonner un peu. Le ciel... [Lire la suite]
30 janvier 2017

Aspe : le visage de l'incommunicabilité

  cliquer sur les images La vue offerte depuis ma terrasse est à ce point spectaculaire qu'il m'est de plus en plus coûteux de jouer les nomades aventuriers et de me perdre dans les hauteurs pyrénéennes. Prendre la voiture et m'arracher à la foule des affairés, à la circulation urbaine me pèsent souvent. Alors, je contemple à distance les cimes coruscantes de l'Escurets et de l'Ourlène tant de fois parcourues. Je trouve heureusement quelquefois l'énergie pour filer plein sud comme au temps heureux de mon invraisemblable... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 décembre 2016

L'oreille intérieure (2) : le sommeil de l'archer

           La figure du tigre n'est pas sans lien avec celle d'Apollon, le maître de l'arc. Sous l'apparente beauté de l'animal assoupi et de sa fourrure solaire rayée de stries ombreuses, se dissimule le terrible prédateur mangeur d'hommes, le lanceur de flèches acérées, capable de défaire une armée entière sur son propre terrain. La silencieuse harmonie est l'autre versant d'une rageuse sauvagerie. Cela revient à dire que la qualité du sommeil est à mettre en perspective avec le déploiement réel de... [Lire la suite]

28 décembre 2016

L'oreille intérieure : le sommeil du félin

          Les tigres dorment, paraît-il, dix-huit heures par journée soit les trois quarts de leur existence. J'ignore ce qu'ils vivent lorsqu'ils s'adonnent à ce repos majeur mais force est de reconnaître que la valeur de la vie ne se mesure pas nécessairement au temps passé à s'agiter en tous sens. Les félins, d'une manière générale, nous l'indiquent sous la forme d'une sagesse en acte. Le chat, ce tigre miniature, est un admirable exemple de cette pratique du repli dans les voies de l'intériorité. A ces... [Lire la suite]
19 décembre 2016

Déroutes philosophiques

 clic sur les images          Une déroute philosophique n'est pas chose aisée. Emprunter les sentes qui nous mènent à l'écart de nous-mêmes donne le sentiment de la perdition, d'une possible dislocation du moi sombrant dans l'abîme. Qui pourra, même provisoirement, se défaire de ses chaînes et courir mains ouvertes dans les vastes étendues d'une plaine indomptée ? Qui pour demeurer en funambule sur le fil d'une aventure qui est celle de toute vie résolue, de toute pensée ouverte, avec sa part d'errance,... [Lire la suite]
04 novembre 2016

Déroutes automnales

       La venue d'amis chers, Monique et Max, en provenance de la région lilloise pendant ces dernières vacances, aura été pour moi l'occasion bienfaisante d'un vétitable ressourcement, me permettant de rétablir un lien vivant et sensible, un pont avec mon ancienne vie passée au septentrion. Du Nord, je garde le souvenir de relations chaleureuses et ouvertes, d'un sens de l'accueil quasi-fraternel, des plaisirs simples de la vie tournés vers la fête, la convivialité, la culture extraordinairement diversifiée... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 18:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 octobre 2016

Emmurés dans l'Ouvert : l'Incommunicable

  Failles, Démocrite       Saurons-nous nous parler en vérité, nous les plus proches et les plus lointains des hommes ? Saurons-nous surmonter l'incroyable édifice élevé depuis tant d'années, sédimenté dans la conscience comme autant de briques posées les unes à côté des autres, puis les unes sur les autres jusqu'à ce qu'un liant bouche définitivement les trous et condamne l'amitié fraternelle d'autrefois à la plus insignifiante des relations, à l'incommunicable ?         Nous... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:32 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,