01 août 2009

Esthétique de la marche II : la marche esthétique est sans idée

Suite de cette aventure hors sentier : grâce aux réactions passionnantes de Clément et d'Angela Transbury (voir Esthétique de la marche et analyse de Clément), je publie ici le commentaire que je viens de rédiger pour prolonger une réflexion inachevée. "Merci infiniment pour la qualité de cette analyse doublée d'une expérience de la scène qui, à mon sens, exprime bien la place potentielle de la marche ou de la posture corporelle entre culture et nature. Ce lâcher prise que vous évoquez et auquel renvoie le mouvement... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 19:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

30 juillet 2009

Réaction de Clément à l'Esthétique de la marche

J'ai reçu ce commentaire tout à fait intéressant de la part de Clément relatif à mon texte sur l'Esthétique de la marche. J'aurais pu l'éditer dans la rubrique "Epistolaires" mais pour plus de clarté, je l'intègre ici, pour pouvoir donner suite et prolonger au plus vite cette réflexion. "On pourrait associer ta distinction entre les trois marcheurs à une distinction entre les pratiques musicales que sont l’interprétation (où se loge une recréation personnelle dans un canevas faisant autorité, par exemple une... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 21:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
09 juillet 2009

Esthétique de la marche : le spirituel, le grégaire, le tragique

La pensée procède de traces anciennes, de routes psychiques et neuronales établies, de sûretés intérieures qui contribuent à l'organisation d'une perception unifiée et d'un sentiment de reconnaissance stabilisant mais fallacieux. Ces routes de l'activité mentale constituent le modèle souterrain de la marche ordinaire, de la marche dans la nature, des marches, devrions-nous dire. Et de ces marches dépendent des conceptions radicalement distinctes de l'existence, des marches à l'image de la pensée et de la vie, de son audace ou de sa... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
02 janvier 2008

Les fantômes du Hohenbourg (3)

D'un monde à l'autre, Hohenbourg, 28 décembre 07, Démocrite           Hissé sur la grande voile du Hohenbourg, je découvre à travers la déchirure, le limbe de cette terre ensevelie sous les vapeurs crépusculaires. La tour elle-même a disparu. Me voilà flottant entre deux mondes, à la charnière d'une épopée terrestre et d'une autre, aérienne et solaire. Je n'ai plus de racine. Il me semble rêver et voguer, il me semble avoir changé d'époque et de sphère. Mes yeux embrasse un ciel d'or et mes pieds... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 décembre 2007

Les fantômes du Hohenbourg (2)

La proue fantômatique du Hohenbourg, Vosges du Nord, Alsace, Démocrite, 28 décembre 07           Nous nous élevons dans l'épais brouillard qui enveloppe chaque chose. Pourrons-nous seulement apercevoir le donjon dressé et la porte énigmatique de mon viel ami ? Soudain, telle une ombre de géant, son allure masssive transperce le dense nébulon et surgit là, agrippé sur son roc, à 580 m d'altitude. Le Hohenbourg s'élance, raide, aigu comme une hallebarde, tendu dans un ciel blanc. Sa tour hirsute se perd dans... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 15:41 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
30 décembre 2007

Les fantômes du Hohenbourg (1)

Apparition, Vosges du Nord, Alsace, Démocrite, 28 décembre 2007        De passage en Alsace, sur une de mes nombeuses terres natales, je ne résiste pas à l'appel silencieux de mon vieux Camarade, le Château de Hohenbourg fièrement dressé depuis le début du XIIIè Siècle dans ces merveilleuses Vosges du Nord. Pour la trente-quatrième fois je lui rends visite ; j'escalade les pentes qui mènent à ses murs de grès rose.        Comme à chaque ascension, règnent le mystère de sa route et des... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

11 juillet 2007

Grand erg oriental (Algérie)

Dunes, Grand erg oriental, Algérie, 9000 m, 2002 Quelques singularités optiques ont été ajoutées au carnet de déroute Tadrart (cf Tadrart 3, 4, 8). N'hésitez pas à vous y promener pour une incursion saharienne.
Posté par Democrite à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2007

La mort et la beauté : réponse à Max

Tu as raison de m'interpeller sur ce point et je me suis posé la question de cette finale que je ne souhaite nullement triste. J'ai tenté de montrer dans ce carnet de déroute "Tadrart" que le désert est un moyen de découvrir le régime tragique de la nature (le tragique étant distinct du pessimisme) et par conséquent de l'existence. Au coeur du désert, on découvre à l'évidence toute la précarité de la vie pour ne pas dire sa quasi inexistence. Ici, la vie se révèle comme cas particulier de la mort, une configuration passagère... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 19:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 juillet 2007

Tadrart, le silence des sables (10)

Terrres ! Tadrart 2002, Algérie Dixième et dernier jour de pérégrination. Je constate en moi-même l'immense processus de modification opéré par le désert et l'intime confirmation de ce que Marcel Conche appelle la métaphysique du hasard. Ici, tout surgit avec l'évidence de la dé-raison, déraison saharienne. Pendant des années, j'ai cru en la force des argumentaires, en l'intelligibilité du monde et en son ordre, en l'efficacité de la science et de ses lois. J'ai cru l'homme capable, par son esprit, de défaire la tenace... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 19:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 juillet 2007

Tadrart, le silence des sables (9)

Musique, Tadrart, Février 2002 Les touaregs, voient-ils ce que je vois ? Sont-ils en mesure de percevoir l'extrême singularité de ces lieux et de ces courbes, de ces formes, de ces incroyables contrastes, de ces couleurs tranchantes ? Cette stupéfiante radicalité résiste-t-elle à l'habitude, au destin de sédentarité, à la culture ancestrale ? J'avais été surpris de ce que ces hommes magnifiques semblaient placer dans une sorte d'égalité esthétique, les interminables et sombres couloirs d'un canyon gris du Tassili (que nous... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]