23 janvier 2019

Epicure à Biarritz

  I L'hiver est propice au repli, à l'attitude réflexive qui m'incite à me tourner au dedans de moi-même. Dans ce mouvement de somnolence se glisse parfois le sentiment obscur d'être tel un ludion flottant à la surface d'un océan soumis aux caprices des profondeurs, au dynamisme d'une houle indéterminée liée à des forces et des flux extérieurs. Nous sentons et nous expérimentons que l'essentiel n'est pas ce curieux miroir qui fait danser le moi et ses personnages sur cette étendue liquide offerte aux regards du monde. Le sol... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 18:43 - - Commentaires [29] - Permalien [#]

23 novembre 2018

Sagesse de la temporalité végétale

Nous basculons inexorablement dans l'hiver. La couverture flamboyante de l'automne laisse peu à peu place aux tonalités grises qui signent le repli du végétal dans l'oubli et le sommeil figé de la Terre. C'est là la grande sagesse de ces vivants qui abandonnent l'agitation de la surface aux nomades excentriques que nous sommes, nous les humains affairés et sans gîte.   L'arbre, dans sa vertu millénaire, est un modèle d'éco-philie. Il s'enracine dans la Terre-Amie sans la détruire ni la haïr. Ouvert sur le... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:41 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
24 juillet 2018

La Nature infinie

"Quand j'écoute la Nature, je suis partagé entre le sentiment de la multiplicité et celui de l'unité fondamentale. Ma conception de la Nature, qui est dans l'infini et dans l'éternité, est une conception métaphysique, puisque la métaphysique est cette partie de la philosophie qui a affaire à la totalité de ce qui est. Le silence de la Nature devient alors métaphysique parce qu'il amène dans mon esprit des idées. Si je suis dans la solitude profonde dans la Nature, si je tourne mes regards dans la profondeur illimitée du ciel, vers... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:36 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
16 juillet 2018

Le foot : antisport et misère humaine

  Il est pour le moins intrigant d'observer à bonne distance l'hystérie collective qui s'empare des peuples à l'occasion de la coupe du monde de football. Le football, un sport ? Rien n'est moins sûr. Il suffit d'assister à quelques matchs pour être immédiatement saisi par le joli portrait de l'humanité que dessinent ces champions de la triche. Certes, on ne demande pas à des footballers d'être des parangons de haute vertu mais l'image pathétique qu'ils renvoient sous des tonnerres d'applaudissements interroge les phénomènes... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 15:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
20 juin 2018

Relation de plaisir - relation de désir

  Suite à un café-philo relatif au désir, une idée importante est apparue vers la fin entre ce qu'il conviendrait d'appeler une relation de plaisir et une relation de désir. La première caractérise un type de lien dans lequel le sujet est mu par la recherche assidue et persistante d'une satisfaction momentanée, agréable (voir PS), sans autres enjeux apparents que l'expérience immédiate : plaisir de boire un verre, de déjeuner et diner avec d'autres, plaisir de rire, de festoyer, de discuter, de regarder la télévision, de... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 juin 2018

Gardeure de troupeaux

L'autre jour, profitant d'une accalmie, si rare en ces temps de marasme météorologique, j'ai filé dans les hauteurs pour une errance solitaire et féconde sur la bordure centrale de la Sède de Pan. Je n'avais pas prévu de compagnie pour cette déroute montagnarde. Et pourtant, une femelle border collie s'est liée d'un curieux amour pour moi et réciproquement -c'est comme ça que je lis la chose, et m'a accompagné tout le jour, de l'aller au retour, obéissant gentiment aux précautions que je formulais à l'approche d'un troupeau de... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

09 juin 2018

Fragments indociles 1

I - Météorologie Le mois de mai, particulièrement éprouvant sur le plan climatique fut l'occasion d'une plongée dans les méandres de l'intériorité, au coeur d'une tonicité contradictoire faite de brumes ensauvagées, d'orages tumultueux, de coups de tonnerre assourdissants, de pluies interminables. L'humeur a quelque chose d'atmosphérique, de météorique comme je l'ai souvent noté, et la dépression guette lorsque le soleil disparaît trop longtemps derrière l'inlassable férocité des nimbes atlantiques. Le ciel bas n'est pas ici la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 avril 2018

Homo diffidens et vérité subjective

  Spéculaire,   La vie sociale et relationnelle s'articule autour d'un contrat qui consiste à éviter à tout prix l'irruption de la subjectivité, de sa profondeur, de ses tourments. Cela peut intriguer mais si nous constatons la nature des affects (la paranoïa) qui conditionnent l'adaptation du moi au réel, on peut comprendre qu'il soit absolument contre-indiqué de se laisser aller à la confession publique ou à l'expression de son fond obscur. Si nous sacrifions à la norme commune c'est parce qu'il s'agit de se sauver... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 21:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 avril 2018

De l'affect paranoïaque : des larmes et du sang !

L'article précédent nécessite quelques précisions. Pour saisir ce qu'il en est de la structure paranoïaque, il faut se placer sur le plan des affects qui déterminent le fait de penser et non sur celui de la taxinomie psychiatrique. La plupart des constructions philosophiques, la totalité des élucubrations religieuses, ce que Comte appelle l'état théologique comme l'état métaphysique lorsque l'esprit s'évertue à chercher le pourquoi des choses, sont des émanations d'une paranoïa fondamentale dont l'objectif... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:59 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
05 avril 2018

Le fond obscur : Paranoïa !

Le désir de philosophie ? Donner une place efficiente et une fonction hautement symbolique à sa propre paranoïa.    Une religion ? Forme institutionnellement élaborée de la paranoïa collective.     Une idéologie ? Forme rationnelle et systématisée de la paranoïa collective.   Philosopher ? Un divertissement paranoïaque conscient de lui-même.      
Posté par Democrite à 00:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,