29 avril 2017

L'injonction des hypocrites

  Les injonctions de la caste médiatico-politique à voter pour le fils caché de Hollande et de Merkel résonnent étrangement. Les mêmes, qui depuis 20 ans ont favorisé l'accroissement du vote FN, s'agitent aujourd'hui comme des "bonnes-femmes", donnant des leçons de morale à tout le monde. L'hypocrisie est à son comble surtout lorsque ces fossoyeurs de la république exigent un front républicain et une parole commune devant le Diable qu'ils n'ont cessé d'utiliser pour mettre en oeuvre le bipartisme socialo-républico-libéral... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 avril 2017

Chemin brisé

Rien de tel que de gravir des cimes et de sentir la solitude des grands espaces pour échapper aux miasmes d'en-bas. La puissance tellurique des pics d'Aspe dessine la sauvage frontière des origines. De l'autre côté se dissimule l'impossible, le sans-Voie. Gardons-nous de nous en approcher !    La lumière fécondante sculpte le relief. Sibylle donne la mesure de l'Immense sur la Pointe de Surgatte. L'Immense cache toujours son propre détail enveloppé dans les ombres naissantes.   La grande séduction printanière... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 avril 2017

La relation d'amitié comme création

 L'Ami - Image de Démocrite Chacun suit immanquablement une sente, se laisse aller à la teneur secrète d'une intériorité qui fait mystère pour soi mais aussi le plus souvent pour les autres, même si le flair subtil du psychologue et du généalogiste pourra percevoir à l'arrière, sans l'identifier pour autant, un régime de forces plus ou moins incisif, plus ou moins actif ou réactif, une façon de se tenir, d'entrer en relation, de parler et d'insister, une apparence jouée ou surjouée pour exister sur la scène du monde. ... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:14 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 avril 2017

Philosophie politique de l'insoumission

  Jamais l'incertitude n'aura été aussi grande quant à une élection présidentielle. Le sentiment très désagréable du "tout est possible" dans une France passablement fracturée par un inquiétant antagonisme des forces en présence n'augure rien de bon. La victoire dramatiquement envisageable des réactionnaires de la droite-extrême qui s'accommodent sans vergogne de la corruption de leur chef et de sa folie autistique ou de l'extrême-droite paranoïaque, fait peser sur ce ciel clair de printemps, une étrange atmosphère... [Lire la suite]
04 avril 2017

Dessaisissement matutinal

C'est dans un état d'ahurissement matutinal que je me précipitai hier, au sortir du lit, sur ma terrasse pour contempler le jour nouveau et ses brumes liquides. Ma nuit n'avait pas été bonne, chahutée par des récurrences nodales insurmontées. Il me semblait éprouver, au coeur d'une horizontalité véhémente, la balance d'un rythme anarchique, rétif à la régularité qui rassure et offre au sommeil, en général, sa garantie. Que diable s'était-il passé pendant la nuit ? J'avais tout de même dû m'assoupir et m'abandonner un peu. Le ciel... [Lire la suite]
02 avril 2017

Ecrire : fécondité d'un ratage

Écrire ? D'où écrivons-nous ? De quel corps ? De quelle physiologie un acte d'écriture procède-t-il ? De quelle ombre est-il l'émanation ou l'arrachement ? Je me suis souvent dit que cette expression particulière était un compromis au sens psychanalytique, à la manière du rêve, la domestication condensée de pulsions dont nous ignorons la véritable charge. Combinant le secret régime de nos excitations physiologiques à la magie du langage, l'écriture n'est-elle pas ce miroir-mirage par lequel nous croyons saisir dans une forme... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 02:48 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 mars 2017

Qu'est-ce que savoir ?

C'est dans le cadre d'une réflexion et d'une discussion collectives avec des amis chers que m'est venue cette idée : le savoir n'est pas une chose qui pourrait faire l'objet d'une quête ou d'une conquête. S'il est placé comme finalité du désir, alors il ne peut être que manqué et témoigne d'une pulsion de maîtrise dont la faille irréductible est la condition première et son intentionnalité, une illusion. Cette vision au fond platonicienne ne fait qu'entretenir une course à l'échalote confondant indéfiniment savoir et connaissance. ... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
02 mars 2017

613 coups sur Flickr

J'ai créé ma galerie Flickr en 2013 et publié depuis, plus de 600 images. 750 personnes y sont actuellement abonnées. Près d'un million, sur toute la planète et les cinq continents l'ont consultée, peut-être même les manchots de la terre Adélie, allez savoir.... Jamais n'aurais-je pu imaginer, comme beaucoup, pareille possibilité de diffusion. L'internet est vraiment quelque chose d'extraordinaire, une sorte de révolution anthropologique qui, par bien des aspects, pourrait soulever un enthousiasme illimité à la manière de... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 07:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
28 février 2017

La faille relationnelle

La difficile question de l'intersubjectivité articulée à l'enjeu de la vérité ne laisse pas de me préoccuper. Non pas la vérité comme savoir ou connaissance. Qui pourrait d'ailleurs prétendre la posséder sinon les dogmatiques et idéologues de toute farine ? Ma question est plutôt celle-ci : quelle possibilité de parole trouée et enrichie par l'ombre portée (comme en peinture) donnant à voir ce qui constitue la source véritable du dire de l'un et de l'autre ? L'intersubjectivité, sans cesse battue en brèche par nos masques et notre... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 février 2017

Innocence de la solitude

"On n'est jamais seul tant qu'on est rempli des souvenirs, des conditionnements, des soliloques du passé : les déchets accumulés du passé encombrent les esprits. Pour être seul on doit mourir au passé. Lorsqu'on est seul, totalement seul, on n'appartient ni à une famille, ni à une nation, ni à une culture, ni à tel continent : on se sent un étranger. L'homme qui, de la sorte, est complètement seul, est innocent et c'est cette innocence qui le délivre de la douleur."            Krishnamurti, Se libérer... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:21 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,