12 novembre 2012

L'intérêt de philosopher

  "Ma philosophie ne m'a rien apporté mais elle m'a beaucoup épargné."                                A. Schopenhauer, Parerga, "Aphorismes"
Posté par Democrite à 07:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 novembre 2012

Fissure !

         Il est des sons qui résonnent au point de rendre l'expérience de la faille aussi immédiate et urgente, sensible et irrépressible qu'un vertige sur le bord du canyon de Niscle. Je me souviens encore de ces sublimes arpèges de Gustavo Santaolalla entendus il y a quelques années lors de la projection du film Babel (2006) de l'excellent cinéaste mexicain Inarritu. Le générique de fin me fixa sur mon siège et me saisit d'une intensité de feu, comme si toutes les chairs de mon corps s'en trouvaient par là... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 07:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
08 novembre 2012

La danse d' Okéanos

Le tumulte et le fracas, cliquez ici.
Posté par Democrite à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 novembre 2012

L'amour : une archéologie de la dévoration

           J'ai déjà abordé sur le blogue de l'atomiste dérouté la difficile question de la relation de couple conçue sur le modèle de la tectonique des plaques. A cette occasion, j'ai tenté de montrer combien il est nécessaire de distinguer deux registres d'interprétation, celui de la surface et du discours conscient et l'autre, plongeant dans la dimension organique, sur le terrain des forces fondamentales ou des instincts qui animent la relation, dans une perspective de conquête et d'extension. Le... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 octobre 2012

Du fleuve comme amour du vivre - Méditation héraclitéenne (2)

Mobilisme, Démocrite, août 2012           Comment recueillir au fond de soi la féconde source du vivre, la laisser se déployer sans chercher à fixer ce mouvement étrange qui nous dépossède de nous-mêmes ? L'eau coule et rien ne l'arrête à l'image du fleuve d'Héraclite. Tout ce à quoi nous tenons, Nous, les Déroutés, se désagrège dans le feu sacré de l'élémentaire, dans la force crépusculaire du passage, de l'entre-deux, dans la terrible vision de ce pont jeté par-dessus l'abîme que les rives de... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 18:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 octobre 2012

De la méthodologie philosophique

Il n'est plus aujourd'hui envisageable, dans aucune classe de terminale, de proposer, sans la moindre méthodologie préalable, un sujet de dissertation de philosophie. Ce serait un scandale adressé à l'incompétence évidente des élèves, condamnés à récolter une note trop basse, narcissiquement intolérable, fondamentalement injuste voire sadique. Assez vite dans ma carrière, j'ai dû abandonner l'idée de débuter l'année de cette manière alors que la coutume voulait que l'esprit de l'élève s'éveille à la philosophie face à une question... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 octobre 2012

Dire ?

Nous ne disons jamais, nous espérons de dire.
Posté par Democrite à 12:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 octobre 2012

Le mirage de l'intention

  «  De tout temps, nous avons mis la valeur d'un acte, d'un caractère, d'une existence, dans son intention, dans la fin en vue de laquelle on agit, on se conduit, on vit. Cette antique idiosyncrasie du goût finira par prendre une tournure dangereuse - à supposer toutefois que l'absence d'intention et de fin dans le devenir vienne de plus en plus au jour de la conscience. Il semble que se prépare une dévalorisation générale : "Rien n'a de sens", cette sentence mélancolique signifie que toute espèce de sens gît dans... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 13:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 octobre 2012

De la singularité

          Il est de bon ton de revendiquer, d'exprimer, de défendre sa singularité. Ce "gnangnan" pseudo-poétique s'inscrit dans les nouveaux programmes psychologisants visant à coacher l'individu, à l'affermir dans le maintien d'une identité censée être la sienne propre, à le propulser dans un processus de réalisation supposée. Ainsi, en déployant sa singularité, le sujet pourrait presque faire croire qu'il pense.      Ce beau mot de singularité s'est abîmé et, sous l'impulsion des... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 19:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
03 août 2012

Le filet mélancolique de la connaissance

     Partout où les hommes se figurent des raisons, des causes, des commencements à toutes choses, partout ceux-là se réfugient dans le filet rassurant d'une pensée de la surface. Les déterminismes de toute farine sont des préoccupations de surface, d'inépuisables jeux enivrés de ce mirage que constitue la vérité. L'image du filet me paraît d'autant plus juste qu'il ne retient rien, pas même le vent. Mais on n'empêchera pas le filet d'exister car c'est certain, il doit être utile. Mais à quoi ?    ... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:29 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , ,