21 octobre 2016

Généalogie du pouvoir médical : petite et grande souffrance

          Si les institutions veillent à la normalisation de la puissance vitale, la médecine exerce, à bien des égards, le même contrôle sur les corps et sur la souffrance dont elle est le réceptacle officiel, le temple et la gardienne. Hôpitaux, cliniques et cabinets médicaux sont les sanctuaires aseptisés de la souffrance et de la maladie sous des formes institutionnellement organisées et rentables et dans lesquelles le sujet fait face au pouvoir d'une caste qui le dépossède de sa subjectivité. Il suffit... [Lire la suite]

15 octobre 2016

Penser avec ou contre son estomac

        "Je suis corps de part en part et rien hors cela ; et l'âme, ce n'est qu'un mot pour quelque chose qui appartient au corps. "                      Nietzsche        Certains en ont plein le dos. D'autres ont bien des choses qui leur restent sur l'estomac. Je peux, sans difficulté dire que je me retrouve dans les deux catégories, du moins si je donne à ces expressions le sens qu'on leur prête ordinairement. Chacun apprend plus... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
22 août 2016

Déroute néo-cubaine : Hierro, "l'île de fer"

Cliquez sur les images pour les découvrir en plein format.   Egaré dans un coin du monde entouré de déferlantes, il n'y a plus d'échappatoires. Face à moi, plein ouest, trois mille kilomètres d'océan et derrière, vers l'Afrique, quel port où jeter l'ancre, quel pont franchir pour se tenir entre deux eaux ? Jamais perdition ne fut plus accomplie. Quelle quantité de terre et d'espace faut-il pour se sentir contenu, retenu, et créer le monde dont on a besoin pour habiter ? Que contient cette terre néocubaine oubliée des hommes... [Lire la suite]
15 juillet 2016

Libre dans la réalité

 clic L'indifférence de la nature est une évidence pour le marcheur dérouté, pour celui qui parvient à se délester de ses lunettes mentales, de ses sécurités archaïques et qui voit les choses dans leur nudité. La beauté n'est pas cette apparente harmonie des formes mais la dynamique sensible des forces qui rayonnent partout, dans toutes les directions à la fois.   Il est une autre vérité qui pourrait apparaître au marcheur : c'est qu'au moment où il se croirait perdu en pleine nature, il sentirait soudain une... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 juillet 2016

Le Vent nous portera

             Une bien belle découverte que cette version de la célèbre chanson de Noir Désir interprétée ici par l'excellente Sarah Caillibot : Le vent nous portera.  Impermanence : telle est la loi du monde ! Le vent emporte tout...et nous avec. Fragilité et force, sensibilité et puissance, destruction et création...le charme d'une voix intense.   Sarah Caillibot - Le vent nous portera- de Noir Désir
Posté par Democrite à 01:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
10 juillet 2016

La philosophie : un théâtre social ordinaire

              A mesure qu'on prend conscience du pouvoir du jeu social, de son extension dans tous les domaines de l'existence, de ses modalités d'infiltration dans les couches les plus profondes de la subjectivité, se pose pour soi l'étrange question d'un reste, d'une part qui serait le propre du sujet en deçà des rôles et des activités joués avec plus ou moins de complaisance. Cet enjeu est si difficile qu'il exigerait pour le saisir dans sa radicalité de se délivrer du langage et de la parole... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:37 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

21 juin 2016

Marcher : une féconde déraison

 Cliquez sur les images pour les savourer en grand format.          Ecrasé par une somme indigeste de copies, j'éprouve le plus grand besoin de prendre l'air et de m'abandonner à cet horizon de perspectives pyrénéennes dont les masses coruscantes et partiellement enneigées vibrent à nouveau depuis ma terrasse. Je dois, pour l'heure, me contenter d'une immobile contemplation entre deux épreuves. Mais ce n'est pas rien et, me laissant aller de-ci de-là à quelques rêveries passagères, je m'imagine... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 juin 2016

Asymbolie bachelière

         Lacan a modélisé la structure psychique à partir du réel, de l'imaginaire et du symbolique. Hier, l'imaginaire s'est emparé de moi pour échapper provisoirement au réel de la correction qui plombe la fin d'année. Et pourtant, ce difficile effort n'avait pas trop mal débuté avec de bonnes copies de philosophie en série littéraire et une moyenne générale très convenable.        Mais aujourd'hui, le symbolique s'effondre littéralement sur lui-même à mesure que je découvre le niveau... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mai 2016

Enseigner la philosophie ou l'art de donner du jeu au jeu

         A la suite de mon dernier article, deux témoignages de lecteurs m'incitent à interroger l'enseignement de la philosophie dans son rapport au jeu social.            L'enseignement de la philosophie n'échappe pas au jeu social, au théâtre institutionnel. Il faut rappeler ici la grande leçon de la sociologie de Durkheim à savoir que l'institution précède toute rencontre et s'interpose entre des individus qui se font face et qui ne se sont pas choisis. Or, ce... [Lire la suite]
27 mai 2016

Du jeu : vérité de la fiction - fiction de la vérité

         La fin d'année scolaire approche. Alors que mon esprit souffre d'une lassitude évidente à se rendre au lycée et se confronte à sa propre inertie, je fais le curieux constat que ce sont les élèves qui, par leur seule présence, m'obligent et me rappellent à la nécessité de mon exercice professionnel. Le pire ou le plus drôle, c'est qu'à chaque fois, me voilà pris par le jeu, condamné, en quelque sorte, à le jouer et à tenter de le jouer le mieux possible. Une fois en classe, je suis devenu... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,