19 novembre 2016

La terreur sexuelle

            Le jugement de valeur culpabilisant qui accompagne en général la sexualité (même si celui-ci a évolué) et qui ne l'admet que dans la mesure où prétendument domestiquée, elle sert les intérêts sociaux, n'est pas, comme on le croit souvent, une condamnation du seul plaisir. Quelque chose se dissimule là et se dit. Quelque chose de bien plus grave, de bien plus effrayant devant l'irruption désordonnée, imprévisible de la pulsion, devant le chaos immaîtrisable des forces vives que la sexualité... [Lire la suite]

11 novembre 2016

L'Invisible dans la parole

"La petitesse de l'esprit fait l'opiniâtreté ; et nous ne croyons pas aisément ce qui est au-delà de ce que nous voyons." La Rochefoucauld           De même que l'œil ne se voit pas lui-même alors qu'il est la condition de la vision, l'esprit ne saisit pas ce qui le fait penser, ce point aveugle et sourd qui conditionne l'essentiel de ses représentations. Spinoza a bien montré combien nous raisonnons à l'envers, renversant avantageusement causes et effets dans un processus magique ordinaire. Cette inversion... [Lire la suite]
09 novembre 2016

Théâtre social et aliénation

           Le caractère théâtral de l'existence sociale atteint son point le plus haut, le plus évidemment paroxystique lorsque cessent aux yeux de tous, les féroces hostilités, les coups les plus rudes, les chocs les plus profonds. Alors, l'animal humain peut-il avantageusement se laisser aller à son besoin d'humanité, aux illusions d'une domesticité à bon compte arrachée aux instincts, en refoulant simultanément dans les intermondes organiques, la cruelle vérité qui mobilisa sa folle puissance dans le... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 21:53 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 novembre 2016

Déroutes automnales

       La venue d'amis chers, Monique et Max, en provenance de la région lilloise pendant ces dernières vacances, aura été pour moi l'occasion bienfaisante d'un vétitable ressourcement, me permettant de rétablir un lien vivant et sensible, un pont avec mon ancienne vie passée au septentrion. Du Nord, je garde le souvenir de relations chaleureuses et ouvertes, d'un sens de l'accueil quasi-fraternel, des plaisirs simples de la vie tournés vers la fête, la convivialité, la culture extraordinairement diversifiée... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 18:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 octobre 2016

Emmurés dans l'Ouvert : l'Incommunicable

  Failles, Démocrite       Saurons-nous nous parler en vérité, nous les plus proches et les plus lointains des hommes ? Saurons-nous surmonter l'incroyable édifice élevé depuis tant d'années, sédimenté dans la conscience comme autant de briques posées les unes à côté des autres, puis les unes sur les autres jusqu'à ce qu'un liant bouche définitivement les trous et condamne l'amitié fraternelle d'autrefois à la plus insignifiante des relations, à l'incommunicable ?         Nous... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:32 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 octobre 2016

Du ratage fécond et de l'Infinité de la recherche

                La seule chose sérieuse qui importe pour le chercheur de vérité, pour le philosophe, pour le scientifique et l'historien, pour l'artiste et le créateur, ce n'est pas l'objet visé, étudié, convoité, ce n'est pas ce qu'il veut dire ou saisir dans une représentation adéquate ou dans son oeuvre, c'est "la chose" intérieure qui anime la démarche et la relance indéfiniment. Cette chose n'est autre que l'énigme qu'on porte en soi et qui se vivifie au contact d'une incessante... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:33 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 octobre 2016

Du complexe de jalousie

        La jalousie est probablement un des affects les plus archaïques à l'oeuvre dans la psyché. Ce n'est pas pour rien si on le retrouve puissamment dans les mythes fondateurs (Romulus/Remus ; Abel/Caïn...), en fait comme des réalités archétypales de l'inconscient. La fratrie est par excellence l'expérience sociale en miniature et la société -par exemple Rome comme entité constituante, l'expression de ce complexe inaugural qui organise la structure du pouvoir sur le meurtre symbolique ou réel du frère rival,... [Lire la suite]
21 octobre 2016

Généalogie du pouvoir médical : petite et grande souffrance

          Si les institutions veillent à la normalisation de la puissance vitale, la médecine exerce, à bien des égards, le même contrôle sur les corps et sur la souffrance dont elle est le réceptacle officiel, le temple et la gardienne. Hôpitaux, cliniques et cabinets médicaux sont les sanctuaires aseptisés de la souffrance et de la maladie sous des formes institutionnellement organisées et rentables et dans lesquelles le sujet fait face au pouvoir d'une caste qui le dépossède de sa subjectivité. Il suffit... [Lire la suite]
15 octobre 2016

Penser avec ou contre son estomac

        "Je suis corps de part en part et rien hors cela ; et l'âme, ce n'est qu'un mot pour quelque chose qui appartient au corps. "                      Nietzsche        Certains en ont plein le dos. D'autres ont bien des choses qui leur restent sur l'estomac. Je peux, sans difficulté dire que je me retrouve dans les deux catégories, du moins si je donne à ces expressions le sens qu'on leur prête ordinairement. Chacun apprend plus... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
22 août 2016

Déroute néo-cubaine : Hierro, "l'île de fer"

Cliquez sur les images pour les découvrir en plein format.   Egaré dans un coin du monde entouré de déferlantes, il n'y a plus d'échappatoires. Face à moi, plein ouest, trois mille kilomètres d'océan et derrière, vers l'Afrique, quel port où jeter l'ancre, quel pont franchir pour se tenir entre deux eaux ? Jamais perdition ne fut plus accomplie. Quelle quantité de terre et d'espace faut-il pour se sentir contenu, retenu, et créer le monde dont on a besoin pour habiter ? Que contient cette terre néocubaine oubliée des hommes... [Lire la suite]