19 janvier 2011

Fatigue passive, fatigue active

Aujourd'hui, je pénètre en classe dans un état de fatigue intense. J’ai déjà remarqué que, paradoxalement, les meilleurs cours, sont, selon mon propre critère intérieur, toujours liés à un état comme celui-là, un peu limite. C’est que pour faire un cours d’exception, il faut savoir s’aventurer hors sentiers et mener la classe à la lumière d’elle-même, vers des contrées que les élèves ne peuvent imaginer lorsqu’ils entrent dans la salle, la fatigue devenant, à cette occasion, l’étrange moteur pour une insolite expérience. Il... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 19:06 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

17 janvier 2011

Regarder et voir : autrui comme une oeuvre

Ces derniers temps, il m’arrive de faire des expériences de plus en plus vives à travers lesquelles les visages de mes contemporains, leurs gestes, leur corps, leur voix, leur physionomie m’apparaissent de manière totalement originale, comme de pures singularités. C’est pourtant là une évidence sensible : nous sommes tous a priori différents. Mais là, dans le cadre de cette expérience, l’évidence surgit du dehors et se met à résonner en moi avec une acuité sans pareille, comme si une insularité biologique, une idiosyncrasie marquée... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
16 janvier 2011

"Faire de sa vie une oeuvre d'art"

Artisans de notre vie, artistes même quand nous le voulons, nous travaillons continuellement à pétrir, avec la matière qui nous est fournie par le passé et le présent, par l'hérédité et les circonstances, une figure unique, neuve, originale, imprévisible comme la forme donnée par le sculpteur à la terre glaise.                             H. Bergson, La Pensée et le mouvant
Posté par Democrite à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2011

Balade et étrangeté au lac d'Estaens

Cliquez ici
Posté par Democrite à 23:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 janvier 2011

Délire de brume sur l'Escurets

Ivresse pyrénenne (1) à déguster ici
Posté par Democrite à 03:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2011

Ne joue pas cette chanson !

Adriano Celentano - Don't Play That Song (Pas cette Chanson) Je me promène sur la planète blogs et je tombe par hasard sur des chansons qui ont marqué la fin des années soixante-dix. Et là ? Que voilà ? Cette perle qui me fait revivre d'intenses moments, Dont play that song  d'Adriano Célentano. Je craque immédiatement et une réminiscence active submerge l'homme à l'atome d'écart,  ringard Démocrite ? Me voilà bon pour créer cette nouvelle rubrique : réminiscence active Année 77-78, une tempête sous un crâne.  
Posté par Democrite à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 janvier 2011

Parler en son nom

"Dire quelque chose en son propre nom, c'est très curieux ; car ce n'est pas du tout au moment où l'on se prend pour un moi, une personne ou un sujet, qu'on parle en son nom. Au contraire, un individu acquiert un véritable nom propre, à l'issue du plus sévère exercice de dépersonnalisation, quand il s'ouvre aux multiplicités qui le traversent de part en part, aux intensités qui le parcourent. [..] On parle du fond de ce qu'on ne sait pas, du fond de son propre sous-développement à soi."     ... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 janvier 2011

Mère et fille, le miroir des forces réactives

« J'avoue que mon objection la plus profonde contre l'éternel retour, ma pensée proprement abyssale, c'est toujours ma mère et ma sœur. » (Ecce Homo, phrase censurée par Elisabeth Nietzsche, citée par Safranski) Ce qui empêche Nietzsche de prononcer pour lui même la parole affirmative et résolument performative (un oui franc au destin, sans arrière pensée : Amor fati), parole qui ferait de Nietzsche un authentique nietzschéen, c'est la somme toujours plus grande des forces réactives attachée à la figure de la femme ; femme... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 janvier 2011

Face à soi

" Rien n'est plus si insupportable à l'homme que d'être dans un plein repos, sans passions, sans affaire, sans divertissement, sans application. Il sent alors son néant, son abandon, son insuffisance, sa dépendance, son impuissance, son vide. Incontinent il sortira du fond de son âme l'ennui, la noirceur, la tristesse, le chagrin, le dépit, le désespoir."                             ... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 janvier 2011

Détruire la philosophie pour philosopher

Image de Max Lerouge La philosophie tragique est, à mon sens, la plus difficile qui soit parce qu'elle est la plus simple. J'avais écrit un jour que le seul projet philosophique digne d'être réalisé consistait à dé-philosopher ou à pratiquer, comme le suggère Guy Karl dans Le Jardin philosophe, "l'A-philosophie". Dans les deux cas de figure, la philosophie s'éloigne d'elle-même, se retire de la fascination qu'elle exerce sur elle-même et se destitue de sa prétention à dire quelque chose, à sauver quoi que ce soit dans... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,