03 janvier 2010

Verticalité de la marche

Voici un extrait de la réponse (avec quelques légers arrangements) faite au dernier commentaire de Tchoumi (Verticalité de la marche)et qui me permet de préciser l'importance de la marche en montagne, une marche "verticale", véritable mode actif au plus près de l'insignifiance du réel. Je tiens à la "verticalité" de la marche (mais une verticalité sans au-delà ni transcendance) car celle-ci contraint le corps à l'effort, à l'épreuve de la gravité donc de la terre. La montagne invite au dessaisissement, à la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2009

Les vagues pétrifiées de la Crête de Pan

Posté par Democrite à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 décembre 2009

Le temps de l'éternité

J'aime cette relation du temps opportun et de l'éternité, ce lien contigu du Kairos et de l'Aion apparemment opposés et pourtant irrémédiablement soudés dans la conscience de l'être-là.  C'est bien le temps intermédiaire - Kronos - qui est au plus loin des choses, ce temps de la convention et de l'horloge qui s'acharne sur l'esprit en lui donnant l'illusion d'un "emploi" du temps, d'un "prendre" ou d'un "perdre" son temps.  Kronos est le dieu de la dévoration, celui qui avala ses enfants pour ne... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 décembre 2009

La joie du dés-espoir

Marcheur, tes pas sont autant de décolonisations, de déterritorialisation. Ton audace apparemment assurée n'est rien sans l'épreuve de la divinité qui t'enveloppe et te submerge de part en part. L'heureuse perforation de la brume abolit tout objet et te livre en pâture aux assauts tragiques de l'éphémère : en ces lieux, tu meurs et renais mille fois. A chaque expiration, à chaque prise d'air, tu te rapproches un peu plus des choses que rien ne contient. L'aurore commence avec la décomposition de l'idée et l'incinération de la pensée.... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 décembre 2009

Colonisation

Tapissé d' audace, le dessin de la vague est une provocation pour le monde vertical de la montagne. Les stries intempestives de la nappe frôlent la matière jusqu'à sa disparition provisoire. Tel est le voile de la représentation. Telle est l'ultime fixation et le point nodal de la pensée, ce mirage : recouvrir coûte que coûte le réel et l'amoindrir en l'inflitrant.
Posté par Democrite à 23:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 décembre 2009

Jeu spectral

D'invraisemblables formes se dessinent, des spectres de vapeur dansent et fusent d'un versant à l'autre de ce col dérouté. Des courants contradictoires s'affrontent entre orient et occident. Seuls les arbres conservent leur enracinement et leur fixité végétale. Ce ballet mouvant est l'insignifiance même du réel ; il se joue dans une musique aux accents mineurs qui abolit pour le méditant que je suis, toute tentation. Plus d'ange ni de démon, plus d'au-delà : seul compte ce qui a perdu toute valeur : le sublime passage d'un état à... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 décembre 2009

Le rire de Démocrite : une métaphysique de l'im-monde

Je quitte donc le monde pour l'im-monde, pour tout ce qui ne fait plus monde, pour tout ce qui défait ma représentation. L'im-monde est l'autre versant de la forêt, le pôle éphémère et lucide de la plus parfaite dé-route, sur les bords impraticables du réel, au plus près des gouffres où se noie la vérité. Je vais sur des sentes hérissées de genêts, de genévriers avides de peaux, de pierres cachées dans les plis de la terre qui sont autant d'obstacles et de preuves de l'infatigable silence élémentaire. Le silence, retrouver le silence... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 20:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 décembre 2009

De la faille

La philosophie est le désir de vérité accompagné d'une conscience intime de la faille.
Posté par Democrite à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 novembre 2009

Le Jaüt et le vautour

Du Soum de Granquet, 1880 m Je reviens des cimes pyrénéennes et du grand frais. J'ai contemplé cet après-midi, le vol imperturbable des vautours, j'ai marché sur des pentes raides, j'ai senti la mollesse de la neige d'automne, son tempérament précaire et audacieux ; je me suis hissé au faîte d'une montagne, seul. J'ai fraternisé avec les pics, les cimes et autres divinités calcaires qui déchiraient un ciel déjà crépusculaire. Il faisait froid mais c'était grand et beau ! La marche dans cette nature abrupte et sauvage me rend à... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:52 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
08 novembre 2009

Okéanos

Posté par Democrite à 22:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]