22 janvier 2009

Autre climat ? Autre élève ?

Le professeur que je suis découvre depuis la rentrée 2008 une nouvelle région, un nouveau climat mais aussi un nouvel établissement, de nouveaux élèves, de nouveaux collègues etc. Beaucoup de changements a priori surtout quand on effectue, comme je viens de le faire, une traversée du grand-nord français vers le méridion occidental, entendons par là, le sud-ouest et le Béarn pour être plus précis. Avant de jouir de cette mutation, je me suis souvent posé la question suivante : les élèves de ce grand sud sont-ils différents ? Ont-ils... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 janvier 2009

Passant

Posté par Democrite à 23:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 janvier 2009

Communiquer émotionnellement, une robinsonade ?

Alors que je viens d'assister au premier café-philo de Pau autour du sujet suivant : (la communication doit-elle être émotionnelle ?), j'avoue volontiers être surpris par les contenus développés à l'occasion de cette soirée. Si la communications apparaît telle une évidence par le fait que nous exprimons soit des idées, soit des sentiments, ou par le fait qu'il existe une "communication de masse" sur le terrain politique, il  semble acquis et incontestable qu'elle possède un contenu positif, c'est-à-dire réel. Rien n'est moins... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 20:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 janvier 2009

Vers le Pic des Tourelles

Rescapés ? Les orgues de Camplong, depuis le pic des Tourelles (2038 m)
Posté par Democrite à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 décembre 2008

Soum de Grum

Au-dessus de l'Aubisque (1750 m) Pic de la Latte de Bazen (2472 m) Col de Noulatte, 1804 m Etre ou ne pas être ? Sous le Soum de Grum Patience dans l'azur Solaire, le Gabizos (2639 m) Le Moulle de Jaut (2050 m) Sacré Le soleil tarde à se coucher sur les hautes cimes pyrénéennes. Les roches des Gabizos s'emparent d'une lumière toute volcanique comme pour saluer les derniers méditants bienheureux. Je comprends la sacralisation de certains lieux de la nature par les civilisations... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
20 décembre 2008

Le cirque d'Anéou

Vers le col d'Iou, le grand blanc Soum d'Iou (2220 m), les confins d'Espagne Tout passe décidément mais ici, la beauté, toujours renouvelée, ne passe pas. Et cela ne peut que réjouir le météorophile que je suis. Cicatrice ? Soum d'Iou, du pic des moines au pic d'Ayous Nord ou sud ? Rien ne bouge. Ce n'est pas l'oeil qui me porte vers un mouvement inattendu mais l'ouie. Une petite musique liquide brise l'extrême quiétude sonore des lieux et son incroyable fixité. Une eau, non captive du froid... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2008

La conscience de la mort est-elle une imposture ?

Je poste ici un commentaire faisant suite à l'article paru dans Le jardin philosophe au sujet de l'angoisse de la mort. Cette intervention de ma part méritera évidemment des approfondissements puisque les questions posées ici prolongent à leur manière l'article consacré précédemment à Cronos, l'être pour la mort. Cher Pyrrhon, merci pour cet excellent article qui n'est pas sans poser problème notamment pour ce qui est de la conscience du temps. Je crois comme tu le dis, que l'effroi de la mort naît d'une certaine conscience... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 décembre 2008

Cronos, l'être pour la mort

Heidegger écrit que l'homme est un être-pour-la-mort , vivant sous l'horizon de la mort qui est à la fois l'absence, ce qui n'est pas encore, et en même temps l'intime présence puisque "sitôt né, l'homme est assez vieux pour mourir". La mort, cette situation-limite, pour parler comme Jaspers est la marque de la finitude humaine mais aussi de son essentielle impuissance dans le réel. Elle fait la condition tragique de l'homme frappée dés le départ par l'irréversible dissolution. On comprend pourquoi la mort fait naître en... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 21:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
06 décembre 2008

Quiétude

J'avais décrété, il y a peu, que la pluie et l'intempérie béarnaises seraient toujours belles et douces, je le maintiens avec, il me faut le concéder, un peu de folie ou d'arrogance, allez savoir. Le Béarn est une terre d'eau. Celui qui oserait dire que l'océan est ailleurs serait frappé de grave cécité tant les pluies cumulées de ces deux dernières semaines peuvent impressionner l'homme de bon sens. L'océan est partout, dans l'air, dans la végétation, dans les brumes épaisses et les incessants nébulons, dans les torrents et les... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 15:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 décembre 2008

Grande santé

Démocrite le rieur à Gori le terrien, Tu me demandes comment je vais : Je vais bien et même fort bien depuis mon implantation béarnaise. Je vis de lumière, de douceur et cimes redressées, éternellement ouvert aux multiples sensations prononcées de la nature. J'ai enfin senti la force de la saison et la lente progression de l'automne, des altitudes vers le piémont et la plaine. Je suis devenu un végétal nomade, errant sur des routes qui invitent à la déroute. Bref, je retrouve ce que je n'aurais jamais dû quitter, la joie de la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]