19 avril 2016

Dissolution des signes

  Dissolution des signes - Hossegor - Démocrite - 2016        Il n'est pas certain que je daigne revenir de mon escapade néo-cubaine. Tyché, la déesse de la fortune en décidera, à moins que mon Daïmon ne susurre à mon oreille une nouvelle déroute...nous verrons.        En attendant, voici un tableau que j'aime bien. Après l'avoir baptisé Confusion, j'ai finalement opté pour "Dissolution des signes", une image saisissante du tumulte inventif de la nature, de la déclinaison active... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 avril 2016

Archipel néo-cubain

           Me voilà prêt à m'envoler à nouveau pour l'archipel Néo-Cubain, destination que j'affectionne tout particulièrement pour son exotisme aux fragrances sud-américaines, son soleil tropical, sa douceur ronde et suave et ses autochtones débonnaires. Et puis, je suis sensible aux terres volcaniques, aux abîmes insondables comme celui de la Taburiente, aux falaises dominant l'Atlantique, dissimulant en contrebas quelques plages secrètes de sable noir et d'écume blanche.       ... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 avril 2016

Le roi est nu : fin de l'Ancien Régime ?

         Il y a quelque chose de particulièrement pathétique à mettre en scène un homme seul, séparé du reste de ses contemporains par sa charge de grand prêtre, de magicien omnipotent, de monarque plus ou moins bienveillant et de le confronter à des citoyens censés représenter des enjeux collectifs, afin de lui demander des comptes. Cette exhibition est terrible et presque perverse tant elle révèle l'irréductible gouffre qui sépare la réalité sociale de l'exercice politique. Voilà le Prince sommé de... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 avril 2016

Professer ou philosopher

         Je veux ici rassurer l'improbable lecteur. J'ai survécu à la tonne de corrections que mon labeur si particulier m'inflige régulièrement. J'ai survécu, mais dans quel état ? La lecture de centaines de copies ne peut guère laisser l'esprit intact. Il me semble assister, dans ces temps douloureux, à une lente mais inexorable altération des structures formelles de ma propre pensée, condamnée à se noyer dans un océan de déliquescence syntaxique. Plus je lis, plus je me déstructure par mimétisme. Plus je... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
16 mars 2016

Figure du narcissique

         En 1993 éclata l'affaire Jean-Claude Romand, l'histoire incroyable de cet homme qui, pendant 18 années, réussit à faire croire à toute sa famille, ses amis qu'il était médecin à l'OMS, maître de conférence et chercheur à l'INSERM. En passe d'être découvert, Romand liquida froidement sa femme et ses deux enfants, ses parents et son chien avant de rater son suicide. Le film de Nicole Garcia, L'Adversaire, inspiré du livre éponyme de Emmanuel Carrère (qui a rencontré Romand en prison) retrace la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:50 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
08 mars 2016

L'amour du lointain

           Lorsqu’avec impudeur et une fallacieuse assurance nous osons parler d’amour, nous ne savons pas ce que nous disons. Nous ne voyons pas de quoi il retourne. L’antique philosophie nous a habitués à la pathétique recherche d’un autre toujours absent, toujours manqué à l’image de cette moitié dont nous aurions été privés dès l’origine. Comment pareil désir ne se tiendrait-il pas séparé de ce qu’il peut dans une fuite qui ressemble à la plus terrible condamnation, celle d’un manque... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 mars 2016

L'héroïsme de la distance

         Comment ne pas préférer son bonheur, sa tranquillité, cette réconfortante sécurité psychique marchandée sur le terrain d'une domesticité à bas coût, à la forme rugueuse et ensauvagée qu'impose la véritable liberté ? Nous devons tous sentir peu ou prou que nos choix apparents ne sont que des transactions rapides qui opèrent dans l'ombre, juste derrière soi, à l'abri du jugement, mais au plus proche des forces qui sont mobilisées pour affronter la réalité extérieure. Nous parlons ici d'une économie... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:48 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
17 février 2016

La figure ethnocentrique

          Si l'égocentrisme est la structure psychosubjective première, l'ethnocentrisme est son prolongement dans la sphère collective sous la forme d'un moi social. Alors que l'individu se prend pour un centre planétaire autour duquel gravitent les satellites dont il a besoin, le groupe social est un centre galactique bien plus massif, bien plus gravitationnel encore, capable d'absorber les constellations voisines, de les dissoudre dans des processus d'assimilation, voire de les éradiquer purement et... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 09:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
16 février 2016

Enserré ?

 Enserré        Ces vacances débutent mal alors que s'offre à moi quelque chose qui pourrait s'apparenter à une nouvelle liberté. Ciel gris et bas, vent du nord, froid, mordant comme lorsque je vivais sur les terres glacées du Grand Est. Il fallait bien que l'hiver finisse par se pointer. C'est fait ! Les montagnes ont disparu, planquées sous des tonnes de neige, et ces nébulons retors ne donnent guère l'impression de vouloir céder du terrain. Je reste au chaud, à l'abri des intempéries, mais pas des coups... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:18 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
14 février 2016

La figure égocentrique

         La dramatique faiblesse de l'enfant se manifeste dans son égocentrisme archaïque, tyrannique et inconscient. Comment pourrait-il survivre s'il n'attirait pas l'attention à lui, s'il ne hurlait pas sa fragilité première à des parents désemparés par tant de petitesse et de précarité, par tant de dépendance ? Les adultes restent pour la plupart des enfants, centrés exclusivement sur un manque incomblable projeté au dehors d'eux, dans l'attente illusoire d'une satisfaction à venir. Rien ne peut ni ne... [Lire la suite]