31 janvier 2017

Ce qu'on dit ment

  Nous aimerions nous passer de la vérité, nous moquer de cette exigence et vivre du relativisme, quitte à sombrer dans le nihilisme qui guette dans l'ombre la dislocation de nos forces, à la manière de l'intempérie -celle dont nous savons par expérience qu'elle emporte tout sur son passage. Nous serions flattés d'abolir tout rapport au réel dans la plainte de la désagrégation infinie comme dans la victoire d'une parole sans référent. C'est bien ce qui se passe. Rien de pire que la vérité dans les affaires humaines. Mais la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

22 décembre 2016

Crise de la subjectivité

           Une nouvelle époque se déploie devant nous, une époque de grandes tensions et d'évidente intranquillité narcissique. Une époque où un dire privé de sa source se déverse en tous sens comme un fleuve sans bords dans les espaces indéterminés de la grande toile. S'adressant à un autre sans visage, sans nerfs ni colonne vertébrale, la parole d'un sujet non-constitué glisse à la surface d'un écran et flotte parmi des spectres erratiques, qui, par milliards, ont été arrachés au néant pour une infime... [Lire la suite]
10 décembre 2016

Hegel et l'impensé

           Hegel a soutenu dans l'Encyclopédie des sciences philosophiques que "c'est dans les mots que nous pensons" et que c'est par eux que l'intériorité indistincte de la subjectivité et son fond obscur peuvent prendre une forme objective et réellement représentative. Si j'ai pu adhérer il y a des années à un tel postulat, aujourd'hui cette perspective me paraît témoigner d'une totale cécité vis-à-vis de ce qui se joue subrepticement dans le langage.           Imaginer... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:10 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
19 novembre 2016

La terreur sexuelle

            Le jugement de valeur culpabilisant qui accompagne en général la sexualité (même si celui-ci a évolué) et qui ne l'admet que dans la mesure où prétendument domestiquée, elle sert les intérêts sociaux, n'est pas, comme on le croit souvent, une condamnation du seul plaisir. Quelque chose se dissimule là et se dit. Quelque chose de bien plus grave, de bien plus effrayant devant l'irruption désordonnée, imprévisible de la pulsion, devant le chaos immaîtrisable des forces vives que la sexualité... [Lire la suite]
11 novembre 2016

L'Invisible dans la parole

"La petitesse de l'esprit fait l'opiniâtreté ; et nous ne croyons pas aisément ce qui est au-delà de ce que nous voyons." La Rochefoucauld           De même que l'œil ne se voit pas lui-même alors qu'il est la condition de la vision, l'esprit ne saisit pas ce qui le fait penser, ce point aveugle et sourd qui conditionne l'essentiel de ses représentations. Spinoza a bien montré combien nous raisonnons à l'envers, renversant avantageusement causes et effets dans un processus magique ordinaire. Cette inversion... [Lire la suite]
26 octobre 2016

Du ratage fécond et de l'Infinité de la recherche

                La seule chose sérieuse qui importe pour le chercheur de vérité, pour le philosophe, pour le scientifique et l'historien, pour l'artiste et le créateur, ce n'est pas l'objet visé, étudié, convoité, ce n'est pas ce qu'il veut dire ou saisir dans une représentation adéquate ou dans son oeuvre, c'est "la chose" intérieure qui anime la démarche et la relance indéfiniment. Cette chose n'est autre que l'énigme qu'on porte en soi et qui se vivifie au contact d'une incessante... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:33 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 octobre 2016

Du complexe de jalousie

        La jalousie est probablement un des affects les plus archaïques à l'oeuvre dans la psyché. Ce n'est pas pour rien si on le retrouve puissamment dans les mythes fondateurs (Romulus/Remus ; Abel/Caïn...), en fait comme des réalités archétypales de l'inconscient. La fratrie est par excellence l'expérience sociale en miniature et la société -par exemple Rome comme entité constituante, l'expression de ce complexe inaugural qui organise la structure du pouvoir sur le meurtre symbolique ou réel du frère rival,... [Lire la suite]
21 octobre 2016

Généalogie du pouvoir médical : petite et grande souffrance

          Si les institutions veillent à la normalisation de la puissance vitale, la médecine exerce, à bien des égards, le même contrôle sur les corps et sur la souffrance dont elle est le réceptacle officiel, le temple et la gardienne. Hôpitaux, cliniques et cabinets médicaux sont les sanctuaires aseptisés de la souffrance et de la maladie sous des formes institutionnellement organisées et rentables et dans lesquelles le sujet fait face au pouvoir d'une caste qui le dépossède de sa subjectivité. Il suffit... [Lire la suite]
22 mai 2016

Science, vérité et philosophie (2)

            Mon précédent billet a suscité un certain nombre de réactions, diverses et souvent surprenantes car toutes ou presque ont porté, à mes yeux, sur un point de détail et n'ont concerné finalement que la doxa (la première partie) et la question de la réfutation.         L'enjeu de mon article consistait pourtant à montrer que la science s'est constituée en s'affranchissant de tout rapport à la vérité -rapport qui demeure par contre au centre de la conscience... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 18:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
16 mars 2016

Figure du narcissique

         En 1993 éclata l'affaire Jean-Claude Romand, l'histoire incroyable de cet homme qui, pendant 18 années, réussit à faire croire à toute sa famille, ses amis qu'il était médecin à l'OMS, maître de conférence et chercheur à l'INSERM. En passe d'être découvert, Romand liquida froidement sa femme et ses deux enfants, ses parents et son chien avant de rater son suicide. Le film de Nicole Garcia, L'Adversaire, inspiré du livre éponyme de Emmanuel Carrère (qui a rencontré Romand en prison) retrace la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:50 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,