24 octobre 2016

Du complexe de jalousie

        La jalousie est probablement un des affects les plus archaïques à l'oeuvre dans la psyché. Ce n'est pas pour rien si on le retrouve puissamment dans les mythes fondateurs (Romulus/Remus ; Abel/Caïn...), en fait comme des réalités archétypales de l'inconscient. La fratrie est par excellence l'expérience sociale en miniature et la société -par exemple Rome comme entité constituante, l'expression de ce complexe inaugural qui organise la structure du pouvoir sur le meurtre symbolique ou réel du frère rival,... [Lire la suite]

21 octobre 2016

Généalogie du pouvoir médical : petite et grande souffrance

          Si les institutions veillent à la normalisation de la puissance vitale, la médecine exerce, à bien des égards, le même contrôle sur les corps et sur la souffrance dont elle est le réceptacle officiel, le temple et la gardienne. Hôpitaux, cliniques et cabinets médicaux sont les sanctuaires aseptisés de la souffrance et de la maladie sous des formes institutionnellement organisées et rentables et dans lesquelles le sujet fait face au pouvoir d'une caste qui le dépossède de sa subjectivité. Il suffit... [Lire la suite]
22 mai 2016

Science, vérité et philosophie (2)

            Mon précédent billet a suscité un certain nombre de réactions, diverses et souvent surprenantes car toutes ou presque ont porté, à mes yeux, sur un point de détail et n'ont concerné finalement que la doxa (la première partie) et la question de la réfutation.         L'enjeu de mon article consistait pourtant à montrer que la science s'est constituée en s'affranchissant de tout rapport à la vérité -rapport qui demeure par contre au centre de la conscience... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 18:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
18 mai 2016

Joie tragique et vérité

                "Exister équivaut à un acte de foi, à une protestation contre la vérité".    Cioran, Précis de décomposition.         Comment ne pas entendre dans cette formule ramassée, dans ce trait fulgurant la sinistre vérité de notre condition ? Peut-on froidement regarder le réel en face, contempler avec lucidité l'improbable déroulement de l'existence voué au hasard, à la maladie, à la vieillesse, à la déchéance et à la mort sans se... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:44 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
16 mars 2016

Figure du narcissique

         En 1993 éclata l'affaire Jean-Claude Romand, l'histoire incroyable de cet homme qui, pendant 18 années, réussit à faire croire à toute sa famille, ses amis qu'il était médecin à l'OMS, maître de conférence et chercheur à l'INSERM. En passe d'être découvert, Romand liquida froidement sa femme et ses deux enfants, ses parents et son chien avant de rater son suicide. Le film de Nicole Garcia, L'Adversaire, inspiré du livre éponyme de Emmanuel Carrère (qui a rencontré Romand en prison) retrace la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:50 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
17 février 2016

La figure ethnocentrique

          Si l'égocentrisme est la structure psychosubjective première, l'ethnocentrisme est son prolongement dans la sphère collective sous la forme d'un moi social. Alors que l'individu se prend pour un centre planétaire autour duquel gravitent les satellites dont il a besoin, le groupe social est un centre galactique bien plus massif, bien plus gravitationnel encore, capable d'absorber les constellations voisines, de les dissoudre dans des processus d'assimilation, voire de les éradiquer purement et... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 09:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 février 2016

La figure égocentrique

         La dramatique faiblesse de l'enfant se manifeste dans son égocentrisme archaïque, tyrannique et inconscient. Comment pourrait-il survivre s'il n'attirait pas l'attention à lui, s'il ne hurlait pas sa fragilité première à des parents désemparés par tant de petitesse et de précarité, par tant de dépendance ? Les adultes restent pour la plupart des enfants, centrés exclusivement sur un manque incomblable projeté au dehors d'eux, dans l'attente illusoire d'une satisfaction à venir. Rien ne peut ni ne... [Lire la suite]
19 janvier 2016

Cruauté de l'altruisme - valeur de l'égoïsme

            Comme je l'avais pressenti, la soirée passée autour du thème de l'égoïsme a donné lieu à des échanges vifs, ce qui ne peut manquer d'être réjouissant lorsqu'on propose à la réflexion commune l'examen d'une thèse profondément subversive comme celle de Nietzsche. Au moins mes amis ne se seront-ils pas endormis trop tôt, ce qui pourrait bien être flatteur...          Il faut dire que ce vieux Frère de Moustachu n'y va pas avec le dos de la cuiller lorsqu'il s'attaque... [Lire la suite]
24 décembre 2015

Ce que l'engagement ne dit pas

         Je cultive depuis longtemps une méfiance instinctive vis-à-vis de ceux qui revendiquent toute forme d'engagement sur les terrains qu'ils prétendent choisir librement : politique, social, religieux, humanitaire, éducatif. S'engager, c'est donner des gages, autrement dit risquer de perdre quelque chose dans une entreprise, dans un acte. Celui qui s'engage dans la vie maritale renonce simultanément à un certain vagabondage. Tenu par sa promesse, il est lié à un contrat moral qui met en jeu son honneur,... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 19:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 juillet 2015

Du thérapeute intérieur

 Linéaments, photo de Démocrite       En s'arrachant péniblement à l'imaginaire enfantin, la conscience opère peu à peu un décentrement, saisissant dans l'opacité et la confusion de la représentation une extériorité, un réel qui n'est pas soi, qui ne répond pas à ses attachements archaiques, à ses désirs et ses caprices. C'est davantage à coups de castrations successives, de frustrations multiples et de déceptions que la psyché réalise cette difficile et laborieuse opération par laquelle le moi découvre... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,