11 juillet 2015

Violence, culture et philosophie

Recouvrement, Démocrite         Il y a, incontestablement, sur cette interface déroutée, quelque chose qui déplaît, qui agace, qui déçoit. Je le comprends mais ne puis faire autrement.        J'ai cru, comme beaucoup, dans mes jeunes années, que la philosophie avait la réponse, qu'elle allait me guérir de cette sourde angoisse tapie au fond de moi, qu'elle devait me libérer par la pensée des nœuds qui travaillaient en sourdine et me donner le sens qui manquait à l'existence. Je sentais... [Lire la suite]

19 avril 2015

Amitié et sens de la vérité

                  Démocrite, Congruences ?          Sans doute, les deux derniers textes n'auront-ils pas été inutiles tant ils ont mobilisé et fait réagir. Je ne peux que m'en réjouir d'autant que la discussion est loin d'être close. Avec l'amitié, nous rencontrons des enjeux qui sont universels et qui posent, pour une part essentielle, la question de l'exercice philosophique, de la vie philosophique. Nous sentons que nous touchons-là quelque chose qui... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 13:56 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 mars 2015

Je parle donc je délire

           Philosopher, c'est devenir funambule, marcher sur la corde (funis) tendue au-dessus de l'abîme découvert par l'effritement de la représentation. Tout problème philosophique commence et s'achève avec le langage, avec le pouvoir intériorisé de la fiction qui donne à l'homme son seul moyen d'investir le monde, de coloniser la nature grâce à la structure guerrière du symbolique. Car, c'est d'une guerre que procède la nécessité de parler, de s'adresser aux autres hommes : la guerre infligée par la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 13:37 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
03 mars 2015

Oser philosopher

         L'atomiste dérouté, philosophe tragique, sait qu'il navigue à la frange du monde, qu'il se tient fébrile à la lisière du réel. Sa pratique le place à distance de ses contemporains et surtout des "emposteurs", les philosophes mondains et autres professeurs de ladite discipline. Ceux-là s'échinent à ordonner l'existence, à la penser selon un régime entendu de valeurs, de jugements et de normes qui pourrait  laisser croire que la trajectoire humaine signifie quelque chose ou pire, qu'elle doive... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:37 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 février 2015

Nietzsche et l'éternel retour

             En me baladant dans une des rares bonnes librairies de la ville du Roi Henri, je tombe sur la dernière somme d’André Comte-Sponville consacrée à une histoire de la philosophie tragique et du matérialisme, histoire censée rendre compte dans le même temps de l'itinéraire spéculatif de son auteur. J’en parcours rapidement quelques chapitres et m’arrête sur la critique saisissante que notre écrivain fait de Nietzsche à propos du thème de  « l’éternel retour »,... [Lire la suite]
15 février 2015

Machine triviale, complexité et subjectivité

                    La vie sociale des humains n'est pas concevable sans les institutions, sans les structures régulatrices de l'échange et du rapport à l'autre. Mais ce rapport entre l'individu et l'institution a toujours été polémique, complexe, hétérogène et conflictuel. Tout le problème est de savoir si l'institution permet l'émergence d'une subjectivité active en mettant en œuvre des processus de pensée capables d’affronter la complexité du monde, la sienne propre, à... [Lire la suite]

12 février 2015

La crise de la Culture

                  Dans la Crise de la culture, Hannah Arendt interroge l'évolution du monde moderne et l'absorption de la Culture par le capitalisme, le développement industriel de masse, la société de consommation et le loisir généralisé ; loisir qui au passage est l’inverse de la "scholè" des grecs ou de "l'otium" des romains. Elle reprend un critère de distinction qui n'est pas très éloigné de ce qu'on peut trouver chez Kant, à savoir la séparation quasi ontologique entre le... [Lire la suite]
29 janvier 2015

Humour et censure

           Les lecteurs réguliers qui se risquent sur ces chemins déroutés auront peut-être remarqué la disparition, ou plutôt l'effacement d'un article récent (réédité depuis), dans lequel j'ai pointé avec une ironie mordante, la caducité du jeu social, et la manière toute drolatique d'entretenir chez l'autre l'illusion des commencements, surtout lorsqu'il s'agit d'union institutionnalisée comme le mariage. Beaucoup ont ri et ont compris ce dont il s'agissait ici. Quelques-uns ou plutôt quelques-unes,... [Lire la suite]
28 janvier 2015

Ethique

             Le travail psychique par lequel le sujet se délivre progressivement de ses préjugés initiaux, de ses compulsions identitaires et narcissiques primaires, passant du moi au soi, du soi au non soi, du psychique au métaphysique, ce travail est précisément ce qu'il faut appeler une "éthique". Philosopher en vérité ne signifie rien d'autre que de mettre en oeuvre ce processus de libération "relatif", par lequel on accède à l'universel c'est-à-dire au réel. Aucune pensée du réel n'est possible... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
22 janvier 2015

Du délire religieux

         Les religions sont les premières institutions humaines. Dans les sociétés traditionnelles, le religieux a pour vocation d'apprivoiser la sauvagerie originelle de la nature, de lui donner une forme symbolique pour réduire la radicale étrangeté du réel. Comment vivre dans une nature indomptable, qui se moque de nous et nous réduit en miettes ? Comment affronter les puissances de la terre et du ciel, la voracité du prédateur qui guette dans l'ombre sa proie ? Comment se représenter la dangerosité de... [Lire la suite]