19 février 2011

La mort est une hallucination sonore

J'ai enregistré hier une mauvaise version du texte consacré à la mort. La plateforme canalblog ayant été bloquée une bonne partie de la journée, je n'ai pu corriger cette erreur qu'en soirée. J'invite le lecteur à découvrir la version "aérée" et finalisée que j’ai rebaptisée pour l’occasion.              Spontanément, nous fuyons la mort dans le divertissement généralisé, dans l’oubli de notre condition, dans le détournement systématique dont le symbole (symptôme ?) contemporain est l’écran de... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:25 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 février 2011

De la laideur comme oeuvre : force des passions tristes

La question du jugement de goût en matière d'art est quelque chose qui paraît toujours très difficile notamment lorsqu'il s'agit d'échanger quelques "impressions éclairées" à propos de telle ou telle oeuvre. J'ai souvent abordé la dimension esthétique sur Clinamen et je me souviens de discussions passionnantes et animées avec de multiples intervenants autour du rapport entre art et pensée. J'ai soutenu  la thèse - et je persiste - selon laquelle, l'art comme puissance esthétique est "sans idée", qu'il... [Lire la suite]
28 janvier 2011

La philosophie intéressante ? Une imposture !

  " Inter-esse veut dire : être parmi et entre les choses, se tenir au coeur d'une chose et demeurer auprès d'elle. Mais pour l'intéressé moderne ne compte que ce qui est "intéressant". La caractéristique de ce qui est intéressant, c'est que cela peut, dés l'instant suivant nous être déjà indifférent et être remplacé par autre chose, qui nous concerne alors tout aussi peu que la précédente. [..] On croit honorer ce qu'on trouve intéressant. En vérité un tel jugement fait de ce qui est intéressant quelque chose d'indifférent et... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 08:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 janvier 2011

Un bon génie est un génie mort

Image extraite du film, Amadeus de Milos Forman J'explore aujourd'hui en classe la thèse nietzschéenne consacrée au génie dans Humain trop humain. Je ne cache pas que j'aime profondément ce texte et les extraordinaires renversements opérés par celui qui avait inscrit au-dessus de la porte de sa chambre « je me moque des maîtres qui ne se moquent pas d'eux-mêmes ». Il est deux sortes de génie : le cadavérique et le vivant. Le premier est une icône, une idole, une entité surnaturelle dont on croit volontiers qu’il est... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 07:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
26 janvier 2011

Aime ton malheur comme toi-même !

On espère d'être heureux et on souffre à le devenir ! A défaut d'être heureux ou de tendre vers le bonheur dont on ne saurait dire sérieusement en quoi il consiste, il est plus aisé de constater combien le malheur est infiniment plus évident, plus partagé, plus commun parce que plus facile d'accès. Le malheur, c'est l'ordinaire de la souffrance, la banalité de l'ennui, la platitude de l'existence normocentrée et de surcroît, la certitude de ne jamais lui échapper. Voilà qui le rend étrangement précieux et même secrètement... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 07:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 janvier 2011

Détruire la philosophie pour philosopher

Image de Max Lerouge La philosophie tragique est, à mon sens, la plus difficile qui soit parce qu'elle est la plus simple. J'avais écrit un jour que le seul projet philosophique digne d'être réalisé consistait à dé-philosopher ou à pratiquer, comme le suggère Guy Karl dans Le Jardin philosophe, "l'A-philosophie". Dans les deux cas de figure, la philosophie s'éloigne d'elle-même, se retire de la fascination qu'elle exerce sur elle-même et se destitue de sa prétention à dire quelque chose, à sauver quoi que ce soit dans... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 décembre 2010

Du désir comme puissance silencieuse

Le désir est manque et le manque est souffrance. Telle est une des thèses qui fonde le pessimisme de Schopenhauer pour qui «  l'homme oscille sans cesse, tel un pendule, de droite à gauche, de la souffrance à l'ennui ». Autant dire que le désir paraît être le socle indépassable de la conscience malheureuse si on en croit Pascal dont les textes magnifiques sur l’ennui, sur le divertissement et la concupiscence dévoilent douloureusement le fond tragique de l'existence, c'est-à-dire son insignifiance et sa pauvreté. Si... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 03:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
16 décembre 2010

Les deux versants du tragique : la douleur et la joie

La philosophie tragique procède toujours d’une expérience elle-même tragique et non d’un discours. Pour certains, cette expérience provient de la catastrophe, du deuil et de la mélancolie qui l’accompagne ; dans ce versant pour le moins douloureux du tragique (qui verse irrésistiblement du côté du pessimisme), le réel c’est le dehors imprévisible frappant le dedans, fracassant à tout jamais la confiance illusoire faite à la vie, anéantissant toute croyance en l’ordre comme au sens des choses. Le choc tragique défait la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
03 décembre 2010

Je pense donc je mens

Qu’est-ce que la pensée sinon le sixième sens de l'humain ? N’est-elle pas comme les autres sens un régime complètement perceptif permettant au sujet de s'orienter non pas dans les idées, comme on a tendance à le croire, mais d’abord dans le champ indistinct du réel qui nous contraint à la territorialisation, à la protection ? Toute signification élaborée dans l’esprit est une route neuronale, un itinéraire balisé dont l’apparente cohérence échafaude une sorte de cartographie intérieure, permettant de lire le monde devenu... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:18 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
30 novembre 2010

Nous sommes tous des imposteurs !

Posture et impostures Nul n'a demandé à naître. Nous signons malgré nous le pacte de vie et de mort.  A vrai dire, c'est notre organisme qui signe son inscription dans le grand tout, dans la nature insaisissable que nous appelons ici, le réel. Nous sommes le fruit d'une congruence atomique, d'une rencontre cellulaire apte à se déployer dans un espace sans que nous n'ayons le moindre mot à dire. "On ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille...être né quelque part, c'est toujours un hasard" chante... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,