22 novembre 2010

Du monde et de l'im-monde

L'im-monde est l'autre nom du Réel, ce qui ne fait pas monde et qui échappe à toute représentation. Le monde est, au contraire, acte de territorialisation qui consiste à prendre possession d'un espace pour l'habiter et y inscrire sa marque. Le monde peut être investi par des programmes instinctifs, par des besoins, des empreintes chimiques (comme chez les animaux) ou par des représentations ou des désirs (comme chez l'homme). Ainsi, la mouche vit-elle dans son monde, un monde de signaux, d'intensités particulières qui demeurent... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

15 novembre 2010

De la conscience philosophique

La véritable philosophie se distingue des autres disciplines en ce qu'elle implique le sujet dans la démarche qu'elle met en oeuvre. La pensée philosophique n'est pas simple curiosité ou tentative d'éclairer tel ou tel aspect de la réalité extérieure comme dans le cas des sciences de la nature. Elle se déploie sur un mode particulier d'investissement à partir d'un étonnement originel. Schopenhauer a pris le soin de distinguer l'étonnement philosophique de l'étonnement du savant. Si ce dernier articule la démarche de... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 19:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 novembre 2010

Insécurité, la condition du libre

Il est de bon ton d'adorer la sécurité, elle qui rassure l'homme dans le maintien de ses forces, de son équilibre, de son pouvoir. La sécurité est, pour parler comme Nietzsche, liée à l'instinct grégaire, à la meute, au troupeau. Il n'est pas question de se perdre, de se mouvoir hors du contrôle qu'impose le corps social, précisément conçu comme un corps dont on ne saurait s'extraire sans risquer de choir, sans risquer de perdre une partie de soi. La sécurité fonctionne dans la représentation comme un destin à accomplir, comme... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 18:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 novembre 2010

Les bienfaits de la solitude

" On est plus heureux dans la solitude que dans le monde. Cela ne viendrait-il pas de ce que dans la solitude on pense aux choses et que dans le monde on est forcé de penser aux hommes ? " Chamfort (Maximes et pensées)
Posté par Democrite à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2010

Connaître, c'est reconnaître !

"La jubilation du connaisseur ne serait-elle pas la jubilation de la sécurité reconquise ?"   Nietzsche (Aurore)
Posté par Democrite à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 octobre 2010

Machiavel ou la conscience tragique en politique

1 ) Entre morale et politique, le surgissement du tiers Dans la représentation commune, Machiavel est l’homme du machiavélisme, celui qui, dans la pensée politique, soumet ouvertement la pratique à une logique absolue d’efficacité au mépris de toute dimension morale et dont le seul souci consiste à maintenir coûte que coûte le Prince au pouvoir. « Qui veut la fin veut les moyens », « la fin justifie les moyens », autant d’expressions pour qualifier ce qui ressemble à une insupportable inversion du rapport aux valeurs qui dominait... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

28 août 2010

Hasard et création (partie 2)

Hasard et création  : partie 1, cliquez ici Typologie du hasard :1) Le hasard comme "sort" : Ce hasard familier et commun n'a du hasard que le nom. Il désigne le registre des choses cachées qui agissent dans l'ombre et déterminent à la surface la "chance" ou la "malchance". Hasard provient ici de "fors" en latin, le sort et dont on garde la trace en français dans la "fortune" qu'on sait bonne ou mauvaise.  Ce niveau de hasard procède d'une croyance en un destin ou... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juillet 2010

Hasard et création (Partie 1)

             1)      Hasard donc création  : Alors que dans la représentation commune, l’idée de création reste attachée à une certaine maîtrise, à la détermination d’une volonté orientée vers un projet finalisé sans que puisse intervenir de manière réellement profitable et majeure le hasard, nous chercherons à montrer que ce dernier, loin de se réduire à la sauvage irruption de l’imprévisible en constitue l’essence profonde, à l’œuvre dans la nature comme dans... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2010

Philosophie : un déshabillage de la pensée

Si l'homme cherche le sens c'est que celui-ci le précède, le norme de tous côtés, le configure par-delà sa propre volonté et surtout antérieurement à elle. Nous sommes tous immergés dans la surcharge de sens. C'est pourquoi nous le cherchons. Le sens est donné par les autres, par la force invisible du groupe démultipliée en influences innombrables et cacophoniques. Le sens est l'expression pensée, formulée des désirs qui nous investissent et que nous projetons sur le monde, désirs stimulés par l'époque dans une hétéronomie aliénante.... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 15:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
05 décembre 2009

De la faille

La philosophie est le désir de vérité accompagné d'une conscience intime de la faille.
Posté par Democrite à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]