Ici, espace consacré à tous mes billets d'humeur animés par une réactivité tourbillonnaire et potentiellement incendiaire.
16 juillet 2018

Le foot : antisport et misère humaine

  Il est pour le moins intrigant d'observer à bonne distance l'hystérie collective qui s'empare des peuples à l'occasion de la coupe du monde de football. Le football, un sport ? Rien n'est moins sûr. Il suffit d'assister à quelques matchs pour être immédiatement saisi par le joli portrait de l'humanité que dessinent ces champions de la triche. Certes, on ne demande pas à des footballers d'être des parangons de haute vertu mais l'image pathétique qu'ils renvoient sous des tonnerres d'applaudissements interroge les phénomènes... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 15:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

30 mars 2018

Clément Rosset : un maître inactuel

   Clément Rosset est mort. Le plus authentique des philosophes contemporains s'est éteint. J'ai mal dormi ces dernières nuits. Je pense à l'homme que j'ai eu la chance de rencontrer. Je songe à tout ce que sa philosophie m'a apporté, à tous ces moments d'enthousiasme lorsque j'allais m'installer à la terrasse d'un café avec un de ses ouvrages, à tous ces échanges que sa pensée a nourris. Sa mort est un trou ineffaçable, une béance dans la représentation, un impensable comme l'est tout événement tragique. Tant de choses... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 18:27 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
14 février 2018

"Journées perdues"

Première nuit de ces vacances de février : sévère insomnie. Me voilà chahuté entre reflux gastrique et rhino-pharyngite fulgurante. Je ferme l'œil mais un tohu-bohu incessant résonne dans mon crâne pressuré. La température monte très vite. Ça pense à un rythme infernal ! Les idées s'enchaînent dans des argumentaires serrés. Ça pense tellement que pourrais écrire un essai de vagabondages intérieurs rien qu'en dictant à ma secrétaire personnelle le torrent de syllogismes intimes dont je suis le témoin hagard. Vers 3 heures... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 02:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 novembre 2017

Spinoza et les miracles

Un de nos emposteurs contemporains, marchand de sagesse pour des consommateurs égarés, en quête de prêt-à-penser et de recettes pour l'existence, vient de commettre une "oeuvre" qui surpasse à l'évidence l'intelligence humaine et l'ordre des choses naturelles. Notre patte-pelu subventionné par les antennes de Radio-France parvient, parait-il, à rendre simple et accessible L'Ethique de Spinoza permettant à ses fans d'accéder à la vraie liberté, à la joie et la béatitude du sage. Il suffit pour ce faire de lire son dernier... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:51 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 avril 2017

L'injonction des hypocrites

  Les injonctions de la caste médiatico-politique à voter pour le fils caché de Hollande et de Merkel résonnent étrangement. Les mêmes, qui depuis 20 ans ont favorisé l'accroissement du vote FN, s'agitent aujourd'hui comme des "bonnes-femmes", donnant des leçons de morale à tout le monde. L'hypocrisie est à son comble surtout lorsque ces fossoyeurs de la république exigent un front républicain et une parole commune devant le Diable qu'ils n'ont cessé d'utiliser pour mettre en oeuvre le bipartisme socialo-républico-libéral... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 avril 2017

Philosophie politique de l'insoumission

  Jamais l'incertitude n'aura été aussi grande quant à une élection présidentielle. Le sentiment très désagréable du "tout est possible" dans une France passablement fracturée par un inquiétant antagonisme des forces en présence n'augure rien de bon. La victoire dramatiquement envisageable des réactionnaires de la droite-extrême qui s'accommodent sans vergogne de la corruption de leur chef et de sa folie autistique ou de l'extrême-droite paranoïaque, fait peser sur ce ciel clair de printemps, une étrange atmosphère... [Lire la suite]

28 février 2017

La faille relationnelle

La difficile question de l'intersubjectivité articulée à l'enjeu de la vérité ne laisse pas de me préoccuper. Non pas la vérité comme savoir ou connaissance. Qui pourrait d'ailleurs prétendre la posséder sinon les dogmatiques et idéologues de toute farine ? Ma question est plutôt celle-ci : quelle possibilité de parole trouée et enrichie par l'ombre portée (comme en peinture) donnant à voir ce qui constitue la source véritable du dire de l'un et de l'autre ? L'intersubjectivité, sans cesse battue en brèche par nos masques et notre... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 février 2017

Le bon goût d'être victime

Il y a quelque chose de savoureux à observer l'attitude surprenante de l'as du redressement dont l'obsession depuis des années consiste à pressurer le pays avec la faillite de l'Etat, la dette, la crise, la maîtrise de la dépense pour mettre fin aux "privilèges" des fonctionnaires et des chômeurs, ces profiteurs qui abusent, comme chacun sait, de l'argent public. Oui, le devoir de moralité en politique ne se discute pas ! Pascal dans ses Pensées nous avait pourtant prévenus : "qui veut faire l'ange fait la bête" ! Savoureux... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
29 décembre 2016

Rosset entre ivresse et allégresse

       Quelle joie matutinale d'écouter et d'entendre Clément Rosset dans Les Nouveaux Chemins parler de l'ivrognerie, de l'ivresse dionysiaque, du double, de la musique, de Nietzsche évidemment et de l'allégresse comme chemin d'accès au réel. La voix rauque, balbutiante, hésitante, dévoreuse de syllabes et de mots, décalée à la façon de Tournesol, allergique à la musique de Beethoven tel Haddock face à la Castafiore, voix indocile et faussement naïve, est à elle seule, une expérience de la belle ivresse,... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 13:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 décembre 2016

La "vraie vie"...de château !

           Mon dernier article consacré à la "molle bandaison des obsédés du redressement" en aura amusé quelques-uns. D'autres, en revanche, outrés par le ton licencieux dont j'ai usé, se sont émus (comme quoi rien n'est perdu !) et ont réagi en rats-des-blogues avec la dose massive de ressentiment qui caractérise les bêtes-à-cornes et les têtes-plates. Ce qui, pour ces jocrisses, est intolérable, c'est que cet article émane d'un fonctionnaire d'Etat, protégé par son statut et ne sachant rien de la... [Lire la suite]