Ici, espace consacré à tous mes billets d'humeur animés par une réactivité tourbillonnaire et potentiellement incendiaire.
19 avril 2017

Philosophie politique de l'insoumission

  Jamais l'incertitude n'aura été aussi grande quant à une élection présidentielle. Le sentiment très désagréable du "tout est possible" dans une France passablement fracturée par un inquiétant antagonisme des forces en présence n'augure rien de bon. La victoire dramatiquement envisageable des réactionnaires de la droite-extrême qui s'accommodent sans vergogne de la corruption de leur chef et de sa folie autistique ou de l'extrême-droite paranoïaque, fait peser sur ce ciel clair de printemps, une étrange atmosphère... [Lire la suite]

28 février 2017

La faille relationnelle

La difficile question de l'intersubjectivité articulée à l'enjeu de la vérité ne laisse pas de me préoccuper. Non pas la vérité comme savoir ou connaissance. Qui pourrait d'ailleurs prétendre la posséder sinon les dogmatiques et idéologues de toute farine ? Ma question est plutôt celle-ci : quelle possibilité de parole trouée et enrichie par l'ombre portée (comme en peinture) donnant à voir ce qui constitue la source véritable du dire de l'un et de l'autre ? L'intersubjectivité, sans cesse battue en brèche par nos masques et notre... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 février 2017

Le bon goût d'être victime

Il y a quelque chose de savoureux à observer l'attitude surprenante de l'as du redressement dont l'obsession depuis des années consiste à pressurer le pays avec la faillite de l'Etat, la dette, la crise, la maîtrise de la dépense pour mettre fin aux "privilèges" des fonctionnaires et des chômeurs, ces profiteurs qui abusent, comme chacun sait, de l'argent public. Oui, le devoir de moralité en politique ne se discute pas ! Pascal dans ses Pensées nous avait pourtant prévenus : "qui veut faire l'ange fait la bête" ! Savoureux... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
29 décembre 2016

Rosset entre ivresse et allégresse

       Quelle joie matutinale d'écouter et d'entendre Clément Rosset dans Les Nouveaux Chemins parler de l'ivrognerie, de l'ivresse dionysiaque, du double, de la musique, de Nietzsche évidemment et de l'allégresse comme chemin d'accès au réel. La voix rauque, balbutiante, hésitante, dévoreuse de syllabes et de mots, décalée à la façon de Tournesol, allergique à la musique de Beethoven tel Haddock face à la Castafiore, voix indocile et faussement naïve, est à elle seule, une expérience de la belle ivresse,... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 13:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 décembre 2016

La "vraie vie"...de château !

           Mon dernier article consacré à la "molle bandaison des obsédés du redressement" en aura amusé quelques-uns. D'autres, en revanche, outrés par le ton licencieux dont j'ai usé, se sont émus (comme quoi rien n'est perdu !) et ont réagi en rats-des-blogues avec la dose massive de ressentiment qui caractérise les bêtes-à-cornes et les têtes-plates. Ce qui, pour ces jocrisses, est intolérable, c'est que cet article émane d'un fonctionnaire d'Etat, protégé par son statut et ne sachant rien de la... [Lire la suite]
25 novembre 2016

Bander mou (version remastérisée)

       Je ne sais quelle folie s'est emparée de moi pour suivre le débat de la primaire des deux prétendants de la droite réactionnaire française à la présidentielle. Primaire ? C'est bien le mot ! Comment ne pas entendre dans l'obsession fillonniste pour le "redressement", l'expression d'une faille souffreteuse liée à une puissance phallique en berne. Cela fait des années qu'il nous bassine avec la "faillite", de son pays, de ses valeurs déclinantes, de sa puissance perdue. Où se loge donc ce déclin ? Ce... [Lire la suite]

09 novembre 2016

Théâtre social et aliénation

           Le caractère théâtral de l'existence sociale atteint son point le plus haut, le plus évidemment paroxystique lorsque cessent aux yeux de tous, les féroces hostilités, les coups les plus rudes, les chocs les plus profonds. Alors, l'animal humain peut-il avantageusement se laisser aller à son besoin d'humanité, aux illusions d'une domesticité à bon compte arrachée aux instincts, en refoulant simultanément dans les intermondes organiques, la cruelle vérité qui mobilisa sa folle puissance dans le... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 21:53 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 mai 2016

L'hôpital des folles

      Depuis ma printanière déroute néo-cubaine, me voilà guère inspiré. A dire vrai, il est bien des choses qui me donnent à penser, à commencer par les derniers événements politiques. Mais le dégoût profond pour ne pas dire l'abjection que m'inspirent nos dirigeants actuels risquerait fort de m'emporter dans des sentes guère souhaitables.        Ma récente intervention publique avec Sibylle, relative à l'actualité de Machiavel, Hobbes et Rousseau a donné lieu à des échanges de grande... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 18:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 avril 2016

Le roi est nu : fin de l'Ancien Régime ?

         Il y a quelque chose de particulièrement pathétique à mettre en scène un homme seul, séparé du reste de ses contemporains par sa charge de grand prêtre, de magicien omnipotent, de monarque plus ou moins bienveillant et de le confronter à des citoyens censés représenter des enjeux collectifs, afin de lui demander des comptes. Cette exhibition est terrible et presque perverse tant elle révèle l'irréductible gouffre qui sépare la réalité sociale de l'exercice politique. Voilà le Prince sommé de... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 février 2016

Enserré ?

 Enserré        Ces vacances débutent mal alors que s'offre à moi quelque chose qui pourrait s'apparenter à une nouvelle liberté. Ciel gris et bas, vent du nord, froid, mordant comme lorsque je vivais sur les terres glacées du Grand Est. Il fallait bien que l'hiver finisse par se pointer. C'est fait ! Les montagnes ont disparu, planquées sous des tonnes de neige, et ces nébulons retors ne donnent guère l'impression de vouloir céder du terrain. Je reste au chaud, à l'abri des intempéries, mais pas des coups... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:18 - - Commentaires [15] - Permalien [#]