13 novembre 2013

Gravity : l'effroi et la beauté, Pascal et Spinoza

        En découvrant avec une authentique jubilation le film Gravity (bande annonce ici, désolé pour la pub), j'aurais pu penser à Lucrèce et à son célèbre vers : "His ibi me rebus quaedam divina voluptas percipit atque horror", divine volupté et horreur devant le spectacle des choses, devant la nature terrifiante et magnifique ! En effet, la formule de l'épicurien résume fort bien, me semble-t-il, le sentiment d'extase esthétique mêlé de terreur qui s'empare du spectateur devant l'homme... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

23 octobre 2013

Vive la mort d'Adèle !

      Je viens d'assister péniblement à la projection de La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche, palme d'or du dernier festival de Cannes et reste stupéfait par le retentissement de ce téléfilm larmoyant, pathétique, sans enjeux, dramatiquement inintelligent. Quel est donc l'intérêt de cette histoire de midinette lesbienne, amoureuse, proche de l'asymbolie et disposant au mieux d'une vingtaine de mots de vocabulaire ? La pauvrette, Adèle, semble condamnée à débuter toutes ses phrases par "trop" (trop bien,... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 02:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 octobre 2013

Le chiffre de l'année !

  Entendu il y a quelques jours dans le bulletin d'informations de France-Inter relatant les derniers chiffres publiés par l'Observatoire des inégalités :   "0,7% de la population mondiale possède 41% de la richesse planétaire."   Je me suis dit : "Tout va bien ! les autres ont encore 59% du capital, ils sont donc largement majoritaires !"    
Posté par Democrite à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2013

Tragique et éthique ?

         Je reçois de nombreux mails par l'intermédiaire de la rubrique "contacter l'auteur" pour réagir à la nature - disons désenchantée du texte précédent, comme si la vision tragique qui est celle du philosophe dérouté que j'incarne avec d'autres, finissait par devoir décourager l'esprit ou le laisser sans espoir, vagabonder au plus près des Enfers. En réalité, le désenchantement a du bon dans la désillusion qu'il inflige au narcissisme primaire de l'homme. De même, la déroute sur les sentes hasardeuses... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
07 octobre 2013

Le mirage de la logique

           Le drame logique dans lequel la conscience commune s'enlise, à commencer par la conscience des philosophes, est l'impératif binaire qui soumet la pensée à une chose ou à son contraire. Dieu existe ou dieu n'existe pas ! L'âme est ou elle n'est pas etc. L'esprit embrouillé est alors sommé de choisir son camp. Le camp de l'être ou du non-être, a ou non-a, l'affirmation ou la négation !         Je me souviens d'une intervention donnée par André Comte-Sponville au sujet de... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:55 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 septembre 2013

Le Journal d'un avocat

               Pour remettre les pendules à l'heure et prendre la mesure du droit dans les affaires communes comme dans celles qui agitent les consciences troubles de l'époque, je vous invite à découvrir le Journal d'un avocat, en lien désormais sur le blogue de l'atomiste dérouté.
Posté par Democrite à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 septembre 2013

De l'intégrisme religieux : le scandale de la jouissance

          Après le pathétique épisode du mariage pour tous, voilà le retour des intégristes catholiques sur la question du genre. Ce sujet me laisse, en soi, tout autant indifférent que le précédent dans la mesure où la distinction entre le registre physiologique et le registre psychosocial me paraît tout à fait claire. Mais elle ne l'est pas pour ces fanatiques qui ont décidé d'investir les établissements scolaires (dont le mien) dans le but de lutter contre une pseudo "théorie" du genre qui n'a, dans les... [Lire la suite]
18 février 2013

Les vapeurs indociles du cigare

       Dans les volutes évanescentes d'une fumerolle voltige l'insaisissable vérité. Mon esprit s'enivre des parfums boisés de ce cigare dissout peu à peu dans l'implacable déroulement du temps. Cet étrange objet, à la fois vivant et mort, humide et sec, doux et rêche, nervuré et lisse, défie les catégories, métaphore de l'existence tendue entre les pôles irréconciliables de la réalité. Il y a quelque chose de l'expérience de la durée pure dans cette combustion lorsque passé et avenir se confondent en un seul et... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:37 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 février 2013

Supporter l'insupportable

    Lorsque le songe de la vie se défait devant l'inexorable révélation du tragique, lorsque, sous les coups de boutoir de la vérité, le trou irréversible du néant se creuse dans la conscience et la représentation, lorsqu'enfin le voile se déchire, je peux mesurer mon propre courage, ma propre détermination à poursuivre le chemin insignifiant de l'existence.      Où donc est passée mon enfance, où sont mes joies et mes peines teintées de ces désirs d'illimitation qui me donnaient le sentiment victorieux... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:05 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 décembre 2012

Rencontre avec un ivrogne

      Philosophant dans le cadre d'une Aragonite aiguë - j'appelle "aragonite", ces moments d'exception passés entre "Amis du Jardin", inspirés par des fumerolles bien senties à la terrasse de l'Aragon,  seul café de Pau tourné vers un sud d'autant plus solaire qu'il est créatif - nous voici arrêtés dans notre méditation collective par une question cruciale et bien difficile : qu'est-ce qu'une rencontre ?      Il faut dire que les minutes qui précédèrent cette redoutable interrogation... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,