07 décembre 2012

Le malheur français !

            Au moment où la Française des jeux annonce des bénéfices records, les français souffrent de déprime chronique ; ils sont affligés par la crise, sont les champions hors normes de la consommation de psychotropes, d'antidépresseurs et autres pharmacopées en tout genre. Le moral des ménages se classe parmi les plus bas d'Europe voire du monde. Leur vitalité psychique est cadavérique : stress au travail, angoisse devant l'avenir, ennui scolaire, courses aux diplômes, pressions financières, panique... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 décembre 2012

Sibylle, déroutée au bord du monde

            Ce n'est pas sans éprouver une vraie joie que je découvre la naissance du blogue de Sibylle. Autant de riches commentaires, d'intuitions vagabondes, d'écritures poétiques et sensibles, d'analyses phénoménologiques serrées, d'investigations passionnées et passionnantes déployés sur le blogue de l'atomiste dérouté, par une de nos plus fidèles lectrices, ne pouvaient demeurer sans un authentique support de création, à la fois singulier et interactif. C'est désormais chose faite. Je salue donc... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 novembre 2012

L'amour : une archéologie de la dévoration

           J'ai déjà abordé sur le blogue de l'atomiste dérouté la difficile question de la relation de couple conçue sur le modèle de la tectonique des plaques. A cette occasion, j'ai tenté de montrer combien il est nécessaire de distinguer deux registres d'interprétation, celui de la surface et du discours conscient et l'autre, plongeant dans la dimension organique, sur le terrain des forces fondamentales ou des instincts qui animent la relation, dans une perspective de conquête et d'extension. Le... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 octobre 2012

De la singularité

          Il est de bon ton de revendiquer, d'exprimer, de défendre sa singularité. Ce "gnangnan" pseudo-poétique s'inscrit dans les nouveaux programmes psychologisants visant à coacher l'individu, à l'affermir dans le maintien d'une identité censée être la sienne propre, à le propulser dans un processus de réalisation supposée. Ainsi, en déployant sa singularité, le sujet pourrait presque faire croire qu'il pense.      Ce beau mot de singularité s'est abîmé et, sous l'impulsion des... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 19:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 juin 2012

Humeur atmosphérique

             J'ai souvent noté dans mes soliloques combien je me sentais d'humeur atmosphérique, fusionnant avec l'étonnant régime aléatoire des flux, des masses d'air, des fronts rageurs qui traversent indifféremment les espaces et des anticyclones œuvrant à l'euthymie réparatrice. C'est ainsi, suis-je tenté de dire. Les forces météoriques ont chez moi une puissance de pénétration toute particulière comme si elles me contraignaient sans cesse à éprouver une sorte de dépossession... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 juin 2012

L'oubli de la vie

       J'ai vécu suffisamment pour savoir que la plus grande partie de mon existence est désormais derrière moi. Pendant de longues années, je me suis constitué, structuré, organisé en tâchant d'élaborer un monde comme le font tous les êtres de la nature, un monde qui soit le mien, un territoire privé, une enclave psychique faite d'une sensibilité particulière, d'un regard singulier, d'une pensée marquée par la différence subjective. J'ai, comme on le dit souvent, cultivé ma différence et j'avoue la cultiver... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 02:22 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 avril 2012

L'enfouissement du siesteux

              Hier, il faisait si gris en Béarn que j’ai hésité à me plonger dans mon lit et à pratiquer une sieste longue comme une nuit polaire, dans l'attente de jours meilleurs et d'éclaircies intérieures. Mais, recevant des Amis chers en provenance du septentrion, il ne me paraissait guère possible de disparaître de la sorte, surtout pour une durée indéterminée. Aussi, comme pour donner une forme matérielle à ce désir d’enfouissement, nous nous rendîmes aux grottes de Bétharram ce qui fut... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 15:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
21 décembre 2011

La tectonique du couple

Ces derniers temps, j'assiste, plus ou moins étonné, à l'effondrement successif d'un certain nombre de couples dans mon entourage, couples à l'ancienneté affirmée (plus de 20 ans) et dont extérieurement, rien ne pouvait laisser présager une fin si rapide et surtout si ravageuse. Une séparation n'a rien en soi d'extraordinaire lorsqu'on sait que désormais un mariage sur deux conduit au divorce. Mais ce n'est ni la statistique, ni l’aspect sociologique, ni le mariage qui m'intéressent ici d’autant que j'ai toujours éprouvé une... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:27 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 août 2011

Le virus de la "bonne-femme"

       Je ne sais pas ce qu’est une femme. J’ignore tout autant ce qu’est un homme. Je sais en revanche ce qu’est une « bonne-femme » et je dois reconnaître que les quelques articles rédigés sur le blog du philosophe sans qualités par mon Camarade Frédéric Schiffter évoquant cette espèce largement répandue, n’est pas sans me parler depuis longtemps.          La "bonne-femme" existe, je l’ai rencontrée trop souvent et pour tout dire, il suffit d’ouvrir les yeux pour  la voir... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:06 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 août 2011

La conclusion comme loi du réel

              Il n'est pas simple de faire le bilan de ses relations, de regarder en face ce qui nous relie à l'autre. Parfois, la conclusion s'impose d'elle-même ; parfois, celle-ci prend la forme d'une rupture brutale, d'une cassure dont les ramifications émergent après coup, après dix-mille micro-expériences qui ont travaillé subrepticement la chair. Chair froissée, chair blessée jusqu'à l'irréversible béance, jusqu'à ce qu'une conclusion s'impose comme une loi : la loi du réel.    ... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 22:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,