08 juillet 2011

La météorologie comme source philosophique

J’aime la météorologie depuis toujours ou presque. Ma conscience philosophique est  d’essence météorologique, éveillée par les éléments, réveillée par les  orages, électrisée par la foudre, stimulée par les instruments de mesure, fascinée par le ciel et les nuages, les fronts et les conflits, autant de métaphores de l’existence soumise aux caprices de l’inconnu, aux rigueurs de la fortune. La météorologie m’a initié au réel, c’est-à-dire à l’insignifiance de toute chose. Il y a dans ce goût pour la météorologie quelque... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

07 juillet 2011

Misrahi, penseur de la liberté

               Il y a peu, j’ai assisté à une conférence donnée par Robert Misrahi bien connu des philosophes pour ses études sur Spinoza. Notre homme, d’un grand âge (85 ans) et d’une belle clarté d’esprit intervenait sur l’éthique de la joie proposant un eudémonisme jovial basé sur une triple conversion du sujet. Ces trois conversions, à soi, à l’autre et au monde (nature) seraient susceptibles, de modifier, notre rapport au réel dans une perspective... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:03 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 mai 2011

Du pessimisme nihiliste

Le cri, Munch Ma vie philosophique, pour ne pas dire ma vie tout court oscille sans cesse entre deux polarités, le pessimisme nihiliste et la joie tragique.  La première exerce sur mon esprit une fascination redoutable.  Le nihiliste n’espère rien, n’affirme rien et n’attend rien de particulier, rien en termes de signification, de valeur et d’orientation dans l’existence. Il y a un raffinement à vivre ainsi, peut-être même une certaine dose d’esthétisme glissant à la surface étale des choses ; choses qui vont et... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 avril 2011

Expérience de Rosenhan

Que faut-il penser des diagnostics psychiatriques ? Il est urgent de voir ou de revoir les détails de l'expérience de Rosenhan suivie d'une courte vidéo en anglais (1973). Voilà qui n'est pas sans nous plonger dans l'univers effrayant de Vol au-dessus d'un nid de coucou. Merci à Olivier Gaiffe pour cette piqûre de rappel.
Posté par Democrite à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 avril 2011

L'art de la sieste

  Ca fait longtemps que je songe à écrire un art de la sieste. J'avoue volontiers embrasser assidûment l'horizontalité et me réjouis de savoir que d'autres que moi, tout aussi flemmards, solitaires, décalés, retirés du "monde", s'adonnent à cette forme scandaleuse de béatitude inoffensive. Et puis pourquoi écrire ? Parce que je n'ai rien d'autre à faire et que j'ai l'envie de témoigner de la puissance philosophique d'un art trop souvent négligé, voire méprisé. D'abord, s'agit-il bien d'un art ? Pour ma part, je... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 février 2011

L'amitié, ce foyer quantique des idées

Je dois à mes discussions soutenues avec quelques amis bien choisis un bon nombre de mes inspirations philosophiques. Il n’y a là rien d’exceptionnel sauf à considérer que ce que j’appelle « inspirations » doit se comprendre comme une sorte d’ouvrage de la matière, d’élaboration latente, de configurations quasi-atomiques dont le corps est à l’évidence la caisse de résonance et le gisement inattendu. Cela veut dire qu’une pensée se découvre elle-même, expérimente sa puissance (en termes spinozistes), parce qu’elle est pétrie de tout ce... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 février 2011

La marche des chagrins

Toujours nos blessures marchent devant nous. Elles rencontrent celles des autres, silencieusement, subrepticement, l'air de rien. Personne n'y prête attention. Pourtant, elles se parlent, se répondent, semblent se pénétrer d'une clameur indocile. Langage échappant à tout langage connu, elles se nourrisent de leurs échos. Secrète congruence, fraternité mélancolique, amants chahutés par le vent de l'abîme, deux tourbillons d'atomes s'apprivoisent et dansent, se raillant du destin. Provisoire... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 07:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
25 janvier 2011

Vive le peuple !

Ce matin, j'entends la voix émue de braves tunisiens hurlant leur dégoût devant la constitution du nouveau gouvernement composé pour une bonne part de ceux qui ont ordonné de tirer sur la foule il y a quelques jours seulement. Une révolution  nous dit-on, mais qu’est-ce qu’une révolution sinon le fait de réaliser un tour complet et de revenir au point de départ ? Les manifestations qui secouent la Tunisie semblent créer en Europe et en France en particulier, une sorte de cristallisation autour du phénomène révolutionnaire... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
17 janvier 2011

Regarder et voir : autrui comme une oeuvre

Ces derniers temps, il m’arrive de faire des expériences de plus en plus vives à travers lesquelles les visages de mes contemporains, leurs gestes, leur corps, leur voix, leur physionomie m’apparaissent de manière totalement originale, comme de pures singularités. C’est pourtant là une évidence sensible : nous sommes tous a priori différents. Mais là, dans le cadre de cette expérience, l’évidence surgit du dehors et se met à résonner en moi avec une acuité sans pareille, comme si une insularité biologique, une idiosyncrasie marquée... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 janvier 2011

Mère et fille, le miroir des forces réactives

« J'avoue que mon objection la plus profonde contre l'éternel retour, ma pensée proprement abyssale, c'est toujours ma mère et ma sœur. » (Ecce Homo, phrase censurée par Elisabeth Nietzsche, citée par Safranski) Ce qui empêche Nietzsche de prononcer pour lui même la parole affirmative et résolument performative (un oui franc au destin, sans arrière pensée : Amor fati), parole qui ferait de Nietzsche un authentique nietzschéen, c'est la somme toujours plus grande des forces réactives attachée à la figure de la femme ; femme... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,