14 février 2018

"Journées perdues"

Première nuit de ces vacances de février : sévère insomnie. Me voilà chahuté entre reflux gastrique et rhino-pharyngite fulgurante. Je ferme l'œil mais un tohu-bohu incessant résonne dans mon crâne pressuré. La température monte très vite. Ça pense à un rythme infernal ! Les idées s'enchaînent dans des argumentaires serrés. Ça pense tellement que pourrais écrire un essai de vagabondages intérieurs rien qu'en dictant à ma secrétaire personnelle le torrent de syllogismes intimes dont je suis le témoin hagard. Vers 3 heures... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 02:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 janvier 2017

Epicure : le choc des divinités

        Imaginons un cours de philosophie consacré à l'épicurisme et plus précisément au second passage de la Lettre à Ménécée dans lequel le maître du Jardin déconstruit avec une impitoyable rigueur rationnelle les projections anthropomorphiques des hommes, empêtréés dans l'image des dieux créateurs, des dieux jaloux, revanchards, colériques, soucieux d'être priés, idolâtrés, loués, bref, des dieux se comportant stupidement comme des autocrates ou des tyrans, rongés par toutes les passions et l'hybris qui font... [Lire la suite]
28 janvier 2015

Ethique

             Le travail psychique par lequel le sujet se délivre progressivement de ses préjugés initiaux, de ses compulsions identitaires et narcissiques primaires, passant du moi au soi, du soi au non soi, du psychique au métaphysique, ce travail est précisément ce qu'il faut appeler une "éthique". Philosopher en vérité ne signifie rien d'autre que de mettre en oeuvre ce processus de libération "relatif", par lequel on accède à l'universel c'est-à-dire au réel. Aucune pensée du réel n'est possible... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
15 novembre 2013

Epicure : La potion amère de l'illusion

            Je ne suis pas mécontent cette année de rencontrer ma classe littéraire dont la spécialité, une fois n'est pas coutume, n'est pas usurpée. Ces élèves ont, pour la plupart, réellement choisi cette orientation et paraissent s'épanouir avec leur huit heures de philosophie hebdomadaires. Les questions pleuvent, les discussions fleurissent à la lumière des problèmes, les enjeux font l'objet d'interrogations et de moments de stupéfaction qui, je l'observe, incitent ces demoiselles à lire et... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 20:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
22 octobre 2013

Thérapeutique

    Image extraite de ma galerie Flickr à découvrir ici         On ne pardonne pas à la philosophie active d'avoir quelques vertus thérapeutiques, d'agir sur le plan psychique au service d'un nouvel équilibre intérieur à la manière de l'épicurisme. L'activité du philosophe ne saurait se réduire à la quête de la seule santé sans menacer l'idéal gnoséologique qui l'anime par dessus tout, un idéal éminemment aristocratique au service de l'Être ou de la vérité. Philosophe médecin, allons bon !... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 décembre 2012

Le malheur français !

            Au moment où la Française des jeux annonce des bénéfices records, les français souffrent de déprime chronique ; ils sont affligés par la crise, sont les champions hors normes de la consommation de psychotropes, d'antidépresseurs et autres pharmacopées en tout genre. Le moral des ménages se classe parmi les plus bas d'Europe voire du monde. Leur vitalité psychique est cadavérique : stress au travail, angoisse devant l'avenir, ennui scolaire, courses aux diplômes, pressions financières, panique... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 février 2011

La mort est une hallucination sonore

J'ai enregistré hier une mauvaise version du texte consacré à la mort. La plateforme canalblog ayant été bloquée une bonne partie de la journée, je n'ai pu corriger cette erreur qu'en soirée. J'invite le lecteur à découvrir la version "aérée" et finalisée que j’ai rebaptisée pour l’occasion.              Spontanément, nous fuyons la mort dans le divertissement généralisé, dans l’oubli de notre condition, dans le détournement systématique dont le symbole (symptôme ?) contemporain est l’écran de... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:25 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,