10 décembre 2016

Hegel et l'impensé

           Hegel a soutenu dans l'Encyclopédie des sciences philosophiques que "c'est dans les mots que nous pensons" et que c'est par eux que l'intériorité indistincte de la subjectivité et son fond obscur peuvent prendre une forme objective et réellement représentative. Si j'ai pu adhérer il y a des années à un tel postulat, aujourd'hui cette perspective me paraît témoigner d'une totale cécité vis-à-vis de ce qui se joue subrepticement dans le langage.           Imaginer... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:10 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07 mars 2014

Une identité qui sent le cadavre

        "Toute identification s'accompagne simultanément d'une désidentification" notait Sartre avec raison. Je ne peux jamais me saisir moi dans une image sans me perdre à nouveau et sans constater qu'entre la vie subjective et la représentation subsiste un écart que rien ne vient combler. Je ne peux être dans le même temps sujet et objet ! De même, le philosophe écossais, Hume, souligne dans des pages flamboyantes de son Traité de la nature humaine que le moi n'est qu'un fantôme, qu'un insaisissable galimatias... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:20 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
21 septembre 2013

Un cheminement tragique

         J'ai connu la fatigue, l'épuisement des facultés, l'affaiblissement radical de ma vitalité. J'ai senti, sous le masque et le vernis des habitudes, le risque d'effondrement et le vertige devant mon propre anéantissement. Il m'a semblé pourvoir disparaître en éprouvant une forme étrange de soulagement dans l'abandon, dans l'attente même d'une fin possible. La fièvre avait emporté dans son brasier le désir d'un retour et l'idée d'une lutte pour la vie. La volonté s'était soumise à la turbulence... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 08:02 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
14 février 2013

Supporter l'insupportable

    Lorsque le songe de la vie se défait devant l'inexorable révélation du tragique, lorsque, sous les coups de boutoir de la vérité, le trou irréversible du néant se creuse dans la conscience et la représentation, lorsqu'enfin le voile se déchire, je peux mesurer mon propre courage, ma propre détermination à poursuivre le chemin insignifiant de l'existence.      Où donc est passée mon enfance, où sont mes joies et mes peines teintées de ces désirs d'illimitation qui me donnaient le sentiment victorieux... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:05 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 octobre 2012

Du fleuve comme amour du vivre - Méditation héraclitéenne (2)

Mobilisme, Démocrite, août 2012           Comment recueillir au fond de soi la féconde source du vivre, la laisser se déployer sans chercher à fixer ce mouvement étrange qui nous dépossède de nous-mêmes ? L'eau coule et rien ne l'arrête à l'image du fleuve d'Héraclite. Tout ce à quoi nous tenons, Nous, les Déroutés, se désagrège dans le feu sacré de l'élémentaire, dans la force crépusculaire du passage, de l'entre-deux, dans la terrible vision de ce pont jeté par-dessus l'abîme que les rives de... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 18:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 mai 2012

Méditation héraclitéenne

       Cela fait quelques semaines que je sieste ; quelques semaines que mon esprit s'est assoupi sous le poids d'un réel probablement trop lourd à supporter. C'est ainsi. L'atomiste dérouté n'est pas dupe de son caractère évanescent et de l'écume qui fait la trame insaisissable et fantasque de son existence. Cette curieuse volatilité correspond à un état du corps, à un état de la puissance intime de l'organisme luttant pour sauvegarder un axe, une colonne vertébrale, une direction. Le risque majeur qui guette... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 21:56 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,