21 octobre 2016

Généalogie du pouvoir médical : petite et grande souffrance

          Si les institutions veillent à la normalisation de la puissance vitale, la médecine exerce, à bien des égards, le même contrôle sur les corps et sur la souffrance dont elle est le réceptacle officiel, le temple et la gardienne. Hôpitaux, cliniques et cabinets médicaux sont les sanctuaires aseptisés de la souffrance et de la maladie sous des formes institutionnellement organisées et rentables et dans lesquelles le sujet fait face au pouvoir d'une caste qui le dépossède de sa subjectivité. Il suffit... [Lire la suite]

27 mars 2015

"La parole, ombre de l'acte"

  "La musique a ceci de commun avec la poésie et l'amour  et même avec le devoir : elle n'est pas faite pour qu'on en parle, elle est faite pour qu'on en fasse, elle n'est pas faite pour être dite, elle est faite pour être "jouée" . Le Dire est un faire atrophié, avorté et un peu dégénéré : action en retrait ou simplement ébauchée [...] La poésie est faite, immédiatement, pour faire le poème, et la poétique, qui est un faire avec exposant, pour réfléchir sur la poésie. La même différence... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 09:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 février 2015

La crise de la Culture

                  Dans la Crise de la culture, Hannah Arendt interroge l'évolution du monde moderne et l'absorption de la Culture par le capitalisme, le développement industriel de masse, la société de consommation et le loisir généralisé ; loisir qui au passage est l’inverse de la "scholè" des grecs ou de "l'otium" des romains. Elle reprend un critère de distinction qui n'est pas très éloigné de ce qu'on peut trouver chez Kant, à savoir la séparation quasi ontologique entre le... [Lire la suite]
13 juin 2014

Mélancolie et création

Photo de Démocrite, Méditation embrasée en Barétous         Il m'est souvent arrivé d'interroger la source de l'art et notamment les motivations secrètes de toute pratique photographique. N'y aurait-il pas un lien de type mélancolique entre le sujet photographe et l'objet ou la scène qu'il s'agit d'inscrire, de figer, de capturer dans son viseur ? Je me suis souvent posé la question pour moi-même, m'interrogeant sur le rapport à l'objet perdu, à ces intensités dont on sait le caractère passager, évanescent... [Lire la suite]
18 novembre 2011

Le langage, une anti-métaphysique ?

    Le langage articulé, qui singularise notre espèce et lui confère un pouvoir sans précédent dans l'histoire de l'évolution, est associé bien volontiers à l'idée d'émancipation du sujet, à la construction de l'identité personnelle et au développement des facultés supérieures de l'intelligence. En effet, l'accès au langage et à l'univers symbolique marquent une rupture sans retour avec le monde magique de l'enfance, qui désigne étymologiquement cette période pendant laquelle le petit d'homme ne parle pas (infans, du... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 21:15 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 février 2011

De la laideur comme oeuvre : force des passions tristes

La question du jugement de goût en matière d'art est quelque chose qui paraît toujours très difficile notamment lorsqu'il s'agit d'échanger quelques "impressions éclairées" à propos de telle ou telle oeuvre. J'ai souvent abordé la dimension esthétique sur Clinamen et je me souviens de discussions passionnantes et animées avec de multiples intervenants autour du rapport entre art et pensée. J'ai soutenu  la thèse - et je persiste - selon laquelle, l'art comme puissance esthétique est "sans idée", qu'il... [Lire la suite]