21 octobre 2016

Généalogie du pouvoir médical : petite et grande souffrance

          Si les institutions veillent à la normalisation de la puissance vitale, la médecine exerce, à bien des égards, le même contrôle sur les corps et sur la souffrance dont elle est le réceptacle officiel, le temple et la gardienne. Hôpitaux, cliniques et cabinets médicaux sont les sanctuaires aseptisés de la souffrance et de la maladie sous des formes institutionnellement organisées et rentables et dans lesquelles le sujet fait face au pouvoir d'une caste qui le dépossède de sa subjectivité. Il suffit... [Lire la suite]

19 janvier 2016

Cruauté de l'altruisme - valeur de l'égoïsme

            Comme je l'avais pressenti, la soirée passée autour du thème de l'égoïsme a donné lieu à des échanges vifs, ce qui ne peut manquer d'être réjouissant lorsqu'on propose à la réflexion commune l'examen d'une thèse profondément subversive comme celle de Nietzsche. Au moins mes amis ne se seront-ils pas endormis trop tôt, ce qui pourrait bien être flatteur...          Il faut dire que ce vieux Frère de Moustachu n'y va pas avec le dos de la cuiller lorsqu'il s'attaque... [Lire la suite]
24 décembre 2015

Ce que l'engagement ne dit pas

         Je cultive depuis longtemps une méfiance instinctive vis-à-vis de ceux qui revendiquent toute forme d'engagement sur les terrains qu'ils prétendent choisir librement : politique, social, religieux, humanitaire, éducatif. S'engager, c'est donner des gages, autrement dit risquer de perdre quelque chose dans une entreprise, dans un acte. Celui qui s'engage dans la vie maritale renonce simultanément à un certain vagabondage. Tenu par sa promesse, il est lié à un contrat moral qui met en jeu son honneur,... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 19:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 septembre 2015

Rentrer pour mieux sortir (2) !

        Le mois de septembre est celui de la rentrée : rentrée politique, rentrée littéraire, rentrée des classes. Les deux premières me laissent indifférent et la dernière me fatigue. Mais je n'ai pas véritablement le choix. Je rentre donc après quelques semaines passées dehors, hors de la matrice institutionnelle, hors des murs et des salles numérotées, ayant été autorisé à n'être plus assignable pendant la durée des vacances estivales.         C'est un peu comme ces ados qui ont une... [Lire la suite]
03 mars 2015

Oser philosopher

         L'atomiste dérouté, philosophe tragique, sait qu'il navigue à la frange du monde, qu'il se tient fébrile à la lisière du réel. Sa pratique le place à distance de ses contemporains et surtout des "emposteurs", les philosophes mondains et autres professeurs de ladite discipline. Ceux-là s'échinent à ordonner l'existence, à la penser selon un régime entendu de valeurs, de jugements et de normes qui pourrait  laisser croire que la trajectoire humaine signifie quelque chose ou pire, qu'elle doive... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:37 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 février 2015

L'art de ramper

        Une lecture un peu inattentive des moralistes comme La Bruyère, La Rochefoucauld ou Chamfort pourrait donner le sentiment fallacieux, qu'ils appartiennent définitivement à leur époque, étant les témoins et les critiques des hiérarchies pompeuses de l'Ancien Régime à travers les phénomènes de cour. Ce serait passer complètement à côté de la puissante analyse anthropologique qui soutient leur sens aigu de l'observation, comme de l'humour dont ils usent, pour esquisser par exemple avec le Baron... [Lire la suite]

29 janvier 2015

Humour et censure

           Les lecteurs réguliers qui se risquent sur ces chemins déroutés auront peut-être remarqué la disparition, ou plutôt l'effacement d'un article récent (réédité depuis), dans lequel j'ai pointé avec une ironie mordante, la caducité du jeu social, et la manière toute drolatique d'entretenir chez l'autre l'illusion des commencements, surtout lorsqu'il s'agit d'union institutionnalisée comme le mariage. Beaucoup ont ri et ont compris ce dont il s'agissait ici. Quelques-uns ou plutôt quelques-unes,... [Lire la suite]
23 janvier 2015

Obscénité de l'ingénue

      Une jeune prof fraîchement mariée, aux yeux étrangement obliques, a éprouvé l'infâme nécessité d'exhiber son pathétique et obscène livre-photos de noces en salle des profs, sous le regard faussement émerveillé des collègues. Tout le monde sait depuis longtemps l'absurdité d'un tel acte et l'inconscience de ceux et celles qui osent encore se jurer fidélité à vie. Comme il faut absolument protéger notre nymphette de tout rapport au réel, lui laisser vivre son expérience en lui narrant les sornettes habituelles... [Lire la suite]
26 juin 2014

Autopsie d'une révolte annoncée

       La dernière fête de la musique a donné lieu à Pau à des scènes qui ressemblent en tout point à une "émeute" de quartier mobilisant au bas mot une soixantaine de personnes contre des forces de l'ordre lourdement déployées. Et pourtant, aux dires des nombreux témoins, tout se passait bien dans le quartier du Hédas : ambiance festive, sans débordements particuliers si ce ne sont les habituels fêtards partageant une ivresse plutôt joyeuse devant la scène où se succèdent divers groupes rock, folk, hip-hop et... [Lire la suite]
05 mars 2014

La bassesse des grandes questions

      Hier, j'ai visionné l'émission de télévision "les Grandes questions" animée par Franz-Olivier Giesbert autour des sujets suivants : "y a-t-il des raisons d'espérer ? et, sommes-nous condamnés au pessimisme ?"      A dire vrai, si j'ai pris le temps de regarder ce programme, c'est uniquement parce que Frédéric Schiffter, "philosophe sans qualités", y participait et que je tenais, par curiosité, à l'entendre ferrailler au milieu d'idéologues bardés de bien pensance. Ecouter Jean-Louis Debré... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,