24 octobre 2017

La philosophie : un théâtre social ordinaire

              A mesure qu'on prend conscience du pouvoir du jeu social, de son extension dans tous les domaines de l'existence, de ses modalités d'infiltration dans les couches les plus profondes de la subjectivité, se pose pour soi l'étrange question d'un reste, d'une part qui serait le propre du sujet en deçà des rôles et des activités joués avec plus ou moins de complaisance. Cet enjeu est si difficile qu'il exigerait pour le saisir dans sa radicalité de se délivrer du langage et de la parole... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

15 octobre 2016

Penser avec ou contre son estomac

        "Je suis corps de part en part et rien hors cela ; et l'âme, ce n'est qu'un mot pour quelque chose qui appartient au corps. "                      Nietzsche        Certains en ont plein le dos. D'autres ont bien des choses qui leur restent sur l'estomac. Je peux, sans difficulté dire que je me retrouve dans les deux catégories, du moins si je donne à ces expressions le sens qu'on leur prête ordinairement. Chacun apprend plus... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
10 août 2015

Valeur métaphysique des vacances

     Les vacances se définissent étymologiquement comme une expérience de la vacuité, c'est-à-dire d'une forme particulière de vide qui n'est pas le néant. Rien ne ressemble moins à une pratique de ce genre que celle du vacancier affairé, absorbé tout entier dans l'activisme bruyant et saturé dont le tourisme de masse constitue le triste et pathétique parangon.              J'éprouve la vacance depuis longtemps lorsque, me libérant des pesanteurs d'en-bas, je rencontre les... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:14 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
26 juin 2015

L'art de combattre sans vraiment combattre

       Merci à Max pour l'image initiale, Démocrite sous les falaises du Cap Blanc-Nez (1 mai 2015)         J'ai longtemps, dans mes jeunes années, pratiqué les arts martiaux : judo, boxe française, Tae kwon do, Shintaido, bokuto. Adolescent, j'ai très vite senti que l'exercice intense du corps sous ces formes orientales permettrait de mettre à l'épreuve mes forces propres dans un combat mené contre des aspects obscurs de mon être, combat contre moi-même que la pratique devait résoudre. Je... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 15:06 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 avril 2014

Le printemps : le temps premier de la mesure

                                                                  Les Pyrénées depuis ma terrasse          Le printemps est là. Partout, depuis ma terrasse ouverte sur le grand sud, se dressent des arbres verts, des coteaux fleuris et plus loin la chaîne encore immaculée des Pyrénées dont les cimes blanches insistent dans l'hiver. Ces... [Lire la suite]
23 juin 2012

L'oubli de la vie

       J'ai vécu suffisamment pour savoir que la plus grande partie de mon existence est désormais derrière moi. Pendant de longues années, je me suis constitué, structuré, organisé en tâchant d'élaborer un monde comme le font tous les êtres de la nature, un monde qui soit le mien, un territoire privé, une enclave psychique faite d'une sensibilité particulière, d'un regard singulier, d'une pensée marquée par la différence subjective. J'ai, comme on le dit souvent, cultivé ma différence et j'avoue la cultiver... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 02:22 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
24 octobre 2011

Absurdité de la culture, culture de l'absurde

  Il est de bon ton de faire usage de références, de citer Nietzsche, Kant ou Heidegger, Hugo, Lamartine ou Goethe, Spinoza, Rimbaud ou Platon sitôt qu’on veut écrire et se sentir l’âme d’un auteur inspiré. Cela vaut pour la philosophie mais aussi pour tous les domaines supposés de la culture : art, littérature, poésie, cinéma, peinture etc. Partout, des références, des maîtres à penser, des idoles, des faire-valoir, des petits chefs. Nietzsche et les autres ne sont pas des petits chefs mais faisant l’objet d’une... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:29 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 août 2011

La conclusion comme loi du réel

              Il n'est pas simple de faire le bilan de ses relations, de regarder en face ce qui nous relie à l'autre. Parfois, la conclusion s'impose d'elle-même ; parfois, celle-ci prend la forme d'une rupture brutale, d'une cassure dont les ramifications émergent après coup, après dix-mille micro-expériences qui ont travaillé subrepticement la chair. Chair froissée, chair blessée jusqu'à l'irréversible béance, jusqu'à ce qu'une conclusion s'impose comme une loi : la loi du réel.    ... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 22:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
26 juillet 2011

Vitalité de la vérité

  " Je hais la sagesse de ces hommes que les vérités n'affectent pas, qui ne souffrent pas dans leurs nerfs, leur chair et leur sang. Je n'aime que les vérités vitales, les vérités organiques issues de notre inquiétude."   Cioran, Sur les cimes du désespoir, La vérité, quel mot !
Posté par Democrite à 19:41 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,