21 novembre 2017

Spinoza et les miracles

Un de nos emposteurs contemporains, marchand de sagesse pour des consommateurs égarés, en quête de prêt-à-penser et de recettes pour l'existence, vient de commettre une "oeuvre" qui surpasse à l'évidence l'intelligence humaine et l'ordre des choses naturelles. Notre patte-pelu subventionné par les antennes de Radio-France parvient, parait-il, à rendre simple et accessible L'Ethique de Spinoza permettant à ses fans d'accéder à la vraie liberté, à la joie et la béatitude du sage. Il suffit pour ce faire de lire son dernier... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:51 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 juillet 2015

Violence, culture et philosophie

Recouvrement, Démocrite         Il y a, incontestablement, sur cette interface déroutée, quelque chose qui déplaît, qui agace, qui déçoit. Je le comprends mais ne puis faire autrement.        J'ai cru, comme beaucoup, dans mes jeunes années, que la philosophie avait la réponse, qu'elle allait me guérir de cette sourde angoisse tapie au fond de moi, qu'elle devait me libérer par la pensée des nœuds qui travaillaient en sourdine et me donner le sens qui manquait à l'existence. Je sentais... [Lire la suite]
08 juillet 2015

Cynisme

        Si le chien est connu pour aboyer, mordre indifféremment petits et grands, riches et miséreux, notables installés et vagabonds, il est l'être qui suit sa nature propre, se moquant de toutes les conventions, de tous les usages sociaux et par dessus tout, du regard de ses contemporains. On comprend pourquoi Diogène le Kunique ne se gênait pas pour déjeuner sur la place publique, y faire ses besoins, pratiquer un onanisme réparateur et suivre ses tendances organiques sans les réprimer.      ... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
16 juin 2015

L'école pense-t-elle ?

                L'année scolaire s'achève (avant les corrections du baccalauréat) sur une demi-journée pseudo-pédagogique, parenthèse imposée d'autant plus pathétique qu'elle est inauthentique, comme toujours. Je me fais, à chaque fois l'effet, dans ces moments vécus péniblement, d'être au milieu d'un sac de pierres brutes décrites à la manière de Spinoza dans sa Lettre à Schuller, pierres soudainement projetées du haut du falaise, volant dans l'espace, qui deviendraient conscientes... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 avril 2015

Le bal des faux-amis

« Il y a un goût dans la pure amitié où ne peuvent atteindre ceux qui sont nés médiocres. » (La Bruyère)           Il est malaisé d'interroger la nature des liens que nous tissons avec autrui surtout lorsque ceux-ci sont investis par des forces d'autant plus intenses que leurs causes nous échappent. Se heurter à sa médiocrité native risquerait fort de livrer un message inaudible et pour tout dire, inamical !        Les vraies amitiés sont si rares ! Savons-nous seulement ce... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 07:50 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
08 avril 2015

Le cadavre de l'amitié

           Cela fait bien longtemps que je ne me fais plus aucune illusion sur les relations amoureuses et la dynamique de dévoration souterraine qui les accompagne, même et surtout lorsqu’elles proclament une sincérité ou qu’elles revendiquent la fidélité des liens. Comme le note Oscar Wilde, «la fidélité est à la vie affective ce que la vérité est à la vie intellectuelle, à savoir la confession d’un échec ».           Le vouloir vivre officie en sourdine dans le... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:23 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 février 2015

L'art de ramper

        Une lecture un peu inattentive des moralistes comme La Bruyère, La Rochefoucauld ou Chamfort pourrait donner le sentiment fallacieux, qu'ils appartiennent définitivement à leur époque, étant les témoins et les critiques des hiérarchies pompeuses de l'Ancien Régime à travers les phénomènes de cour. Ce serait passer complètement à côté de la puissante analyse anthropologique qui soutient leur sens aigu de l'observation, comme de l'humour dont ils usent, pour esquisser par exemple avec le Baron... [Lire la suite]