11 novembre 2016

L'Invisible dans la parole

"La petitesse de l'esprit fait l'opiniâtreté ; et nous ne croyons pas aisément ce qui est au-delà de ce que nous voyons." La Rochefoucauld           De même que l'œil ne se voit pas lui-même alors qu'il est la condition de la vision, l'esprit ne saisit pas ce qui le fait penser, ce point aveugle et sourd qui conditionne l'essentiel de ses représentations. Spinoza a bien montré combien nous raisonnons à l'envers, renversant avantageusement causes et effets dans un processus magique ordinaire. Cette inversion... [Lire la suite]

12 octobre 2015

Aphorismes : qu'est-ce que penser ?

 Penser ? - Démocrite - Octobre 2015         Lorsque l'esprit demeure enferré dans le système ordinaire et général de la représentation, celui des choses apprises, alors il ne pense pas véritablement et ne peut pas penser. Tout ce que nous avons appris dans les livres, dans la culture commune, tout ce qui a conditionné notre façon de voir, de sentir et d'opiner, tout cela est sans rapport aucun avec l'acte de penser. Prisonniers de la tautologie, fascinés par la magie du discours, par son... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 18:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 septembre 2014

De la faille et de la brèche

Démocrite, 02 février 2010, avalanche au Canaourouye, Pyrénées ossaloises                                            On me demande : pourquoi articuler la philosophie et l'expérience de la faille ? Pourquoi en revenir toujours au réel et au tragique de la vie ?        Je voudrais répondre par cette histoire vécue il y a quelques années. Lors d'une ascension hivernale d'un sommet modeste en Pyrénées (le... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 novembre 2012

La nature du philosopher : l'exigence de vérité

              Texte extrait du sens de la philosophie, Marcel Conche          Dans un très beau texte - Le sens de la philosophie -  Marcel Conche note que la définition ordinaire du philosophe, celui qui aime ou désire la sagesse, est ambiguë et même vague, car rien ne la distingue de celle du sage. Le premier désire quelque chose qu'il ne possède pas, alors que le second désire ce quelque chose qu'il a (si toutefois la sagesse se possède) et qu'il... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:43 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 novembre 2012

Fissure !

         Il est des sons qui résonnent au point de rendre l'expérience de la faille aussi immédiate et urgente, sensible et irrépressible qu'un vertige sur le bord du canyon de Niscle. Je me souviens encore de ces sublimes arpèges de Gustavo Santaolalla entendus il y a quelques années lors de la projection du film Babel (2006) de l'excellent cinéaste mexicain Inarritu. Le générique de fin me fixa sur mon siège et me saisit d'une intensité de feu, comme si toutes les chairs de mon corps s'en trouvaient par là... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 07:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
05 février 2011

La marche des chagrins

Toujours nos blessures marchent devant nous. Elles rencontrent celles des autres, silencieusement, subrepticement, l'air de rien. Personne n'y prête attention. Pourtant, elles se parlent, se répondent, semblent se pénétrer d'une clameur indocile. Langage échappant à tout langage connu, elles se nourrisent de leurs échos. Secrète congruence, fraternité mélancolique, amants chahutés par le vent de l'abîme, deux tourbillons d'atomes s'apprivoisent et dansent, se raillant du destin. Provisoire... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 07:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,