10 décembre 2016

Hegel et l'impensé

           Hegel a soutenu dans l'Encyclopédie des sciences philosophiques que "c'est dans les mots que nous pensons" et que c'est par eux que l'intériorité indistincte de la subjectivité et son fond obscur peuvent prendre une forme objective et réellement représentative. Si j'ai pu adhérer il y a des années à un tel postulat, aujourd'hui cette perspective me paraît témoigner d'une totale cécité vis-à-vis de ce qui se joue subrepticement dans le langage.           Imaginer... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 11:10 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 mars 2015

Je parle donc je délire

           Philosopher, c'est devenir funambule, marcher sur la corde (funis) tendue au-dessus de l'abîme découvert par l'effritement de la représentation. Tout problème philosophique commence et s'achève avec le langage, avec le pouvoir intériorisé de la fiction qui donne à l'homme son seul moyen d'investir le monde, de coloniser la nature grâce à la structure guerrière du symbolique. Car, c'est d'une guerre que procède la nécessité de parler, de s'adresser aux autres hommes : la guerre infligée par la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 13:37 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
04 juillet 2014

"L'oubli animal" : un oubli métaphysique

                            D’ordinaire, nous pensons l’oubli dans un rapport à la mémoire, comme une impossibilité d’accéder au moins provisoirement, à une information stockée. Il existe aussi l’oubli inconscient désignant la forme la plus révélatrice de l’acte manqué comme l’analyse Freud dans la Psychopathologie, renvoyant le sujet à ses propres conflits psychiques. Une troisième forme d’oubli serait davantage liée à un acte volontaire consistant à effacer de la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:34 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
10 décembre 2013

Lire ou philosopher ?

                J'ai, depuis toujours, cultivé une méfiance instinctive et quasi-systématique pour les livres, ayant eu très tôt le sentiment que ce monde du récit, de la pensée m'éloignait de ce qu'un de mes amis proches appelle, "la vraie vie", expression que j'abhorre, mais qui ici, désigne le terrain de l'expérience, de la rencontre concrète, de la vitalité en acte et du corps. Entrer dans un livre nécessite une forme de retrait, de suspension et d'écart ce qui, en soi ne me déplairait... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:16 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 octobre 2012

Dire ?

Nous ne disons jamais, nous espérons de dire.
Posté par Democrite à 12:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 juillet 2011

Prof de philo : une signifiant meurtrier.

         Il n’est jamais simple de répondre à quelqu’un qui m’interroge sur mon « identité » professionnelle. Non pas qu’il y aurait une gêne de ma part mais plutôt que l’annonce de cette charge produit presqu’immanquablement l’effet d’une petite bombe, d’une déflagration qui se manisfeste sous la forme d’un : Houla !, d’un Ouuuf ! d’un Bououou!, d’une mimique instantanée chez mon interlocuteur, traduisant un malaise, une inquiétude voire une panique.   « Je suis... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:44 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,