10 août 2015

Valeur métaphysique des vacances

     Les vacances se définissent étymologiquement comme une expérience de la vacuité, c'est-à-dire d'une forme particulière de vide qui n'est pas le néant. Rien ne ressemble moins à une pratique de ce genre que celle du vacancier affairé, absorbé tout entier dans l'activisme bruyant et saturé dont le tourisme de masse constitue le triste et pathétique parangon.              J'éprouve la vacance depuis longtemps lorsque, me libérant des pesanteurs d'en-bas, je rencontre les... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:14 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 août 2015

Marcher, de Schopenhauer à Nietzsche

      Hier, je me suis délivré de la pesanteur des jours derniers, de cette désagréable impression d'opacité automnale, humide et close qui m'a plongé dans une asthénie horizontale. Il fallait le retour d'un ciel clair, estival et d'une ouverture sans pareille sur les Pyrénées pour me faire sentir à nouveau l'appel des hauteurs, le désir de me perdre et de dissoudre ces forces obscures et contrariées dans une marche réparatrice. Il fallait aussi et surtout la lecture d'un texte de Nietzsche, un texte salvateur. ... [Lire la suite]
15 décembre 2013

Marche photo-philosophique

                    Le Pic de Ger          Ma Galerie Flickr franchit le cap des 300 images issues d'expériences multiples sur des chemins déroutés, la plupart perdus dans les hautes terres pyrénéennes. Ces aventures photographiques prolongent "la marche philosophique ou tragique" dont j'ai longuement parlé dans mes carnets de déroute. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, il n'y a pas de différence de nature entre un philosopher actif et une... [Lire la suite]
01 octobre 2013

Marcher : ce que peut un corps

          Il est une marche que j'appelle "métaphysique", terme en vérité impropre pour désigner ce dont il s'agit, mais je n'en trouve pas d'autres plus satisfaisants. Cette marche, comme je l'ai écrit il y a quelque temps, n'a rien à voir avec la marche grégaire, spirituelle et sportive. Elle est d'essence tragique car elle met en jeu un type de vérité qui mène le pas au plus près de la faille dans une expérience qui est sans retour possible. Il s'agit là d'une épreuve dans laquelle le marcheur dérouté... [Lire la suite]
26 août 2011

Marcher et philosopher

             J’ai souvent abordé sur le blog de l’atomiste dérouté la question essentielle de la marche,  comme dans le cas de ma traversée de la Tadrart (voir mes carnets de déroute, Algérie) en 2002 ou de mes nombreuses et nécessaires incursions en montagne. J’ai tenté de rendre compte du caractère  métaphysique et esthétique de cette activité particulière.            La marche a accru dans ma conscience... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 02:19 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,