26 août 2015

Rencontre au Néo-Mexique

        Me voici donc revenu du Néo-Mexique (cliquer pour voir les images) !      J'aime bien cette destination qui concentre quelques paradoxes : des hardes de touristes en quête de bronzage et d'horizontalité bavarde se massent sur les plages saturées de la côte méridionale tandis qu'à quelques lieues de là, une nature préservée, radicale invite à la solitude, au retrait, à l'immersion dans quelques calas isolées de la péninsule. D'immenses falaises plongent sans bruit dans une mer étale,... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:10 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

15 août 2015

L'horreur silencieuse.

        A quoi donc mène le philosopher ? Au creusement de la féconde intuition qui démet la philosophie de sa prétention historique et de ses chimères. Au centre de toute authentique pensée philosophique se trouve l'irrépressible trou de l'infortune, l'ombre du chaos qui destitue la vérité et démasque sa chronique cécité. "Tout ça pour ça !" suis-je tenté de dire. Celui qui découvre en lui-même comme au coeur de toutes choses, la faille, l'abîme et l'insignifiance se demande pourquoi les hommes passent... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:35 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 août 2015

Valeur métaphysique des vacances

     Les vacances se définissent étymologiquement comme une expérience de la vacuité, c'est-à-dire d'une forme particulière de vide qui n'est pas le néant. Rien ne ressemble moins à une pratique de ce genre que celle du vacancier affairé, absorbé tout entier dans l'activisme bruyant et saturé dont le tourisme de masse constitue le triste et pathétique parangon.              J'éprouve la vacance depuis longtemps lorsque, me libérant des pesanteurs d'en-bas, je rencontre les... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:14 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 août 2015

Marcher, de Schopenhauer à Nietzsche

      Hier, je me suis délivré de la pesanteur des jours derniers, de cette désagréable impression d'opacité automnale, humide et close qui m'a plongé dans une asthénie horizontale. Il fallait le retour d'un ciel clair, estival et d'une ouverture sans pareille sur les Pyrénées pour me faire sentir à nouveau l'appel des hauteurs, le désir de me perdre et de dissoudre ces forces obscures et contrariées dans une marche réparatrice. Il fallait aussi et surtout la lecture d'un texte de Nietzsche, un texte salvateur. ... [Lire la suite]
24 juillet 2015

Du thérapeute intérieur

 Linéaments, photo de Démocrite       En s'arrachant péniblement à l'imaginaire enfantin, la conscience opère peu à peu un décentrement, saisissant dans l'opacité et la confusion de la représentation une extériorité, un réel qui n'est pas soi, qui ne répond pas à ses attachements archaiques, à ses désirs et ses caprices. C'est davantage à coups de castrations successives, de frustrations multiples et de déceptions que la psyché réalise cette difficile et laborieuse opération par laquelle le moi découvre... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
17 juillet 2015

Le temps de la joie

      Avec le triomphe sans partage de l'été et la "retraite" qui accompagne cette période de vacances, me voilà psychiquement dans un étrange état de suspension, d'achronie, hors des temporalités dominantes. Il me semble goûter en filigrane un sentiment d'éternité au milieu des activités ordinaires. Ma montre s'est curieusement arrêtée à midi et demi comme si le temps fondamental avait eu raison du temps mondain, du temps de l'affairement et du divertissement social. Les aiguilles ont cessé de tourner et quelque... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 13:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

28 mars 2015

Je parle donc je délire

           Philosopher, c'est devenir funambule, marcher sur la corde (funis) tendue au-dessus de l'abîme découvert par l'effritement de la représentation. Tout problème philosophique commence et s'achève avec le langage, avec le pouvoir intériorisé de la fiction qui donne à l'homme son seul moyen d'investir le monde, de coloniser la nature grâce à la structure guerrière du symbolique. Car, c'est d'une guerre que procède la nécessité de parler, de s'adresser aux autres hommes : la guerre infligée par la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 13:37 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
22 mars 2015

Méditation saisonnière

      Le réel ne se plie jamais à nos représentations, à nos espoirs, à nos catégories et nos certitudes. Aujourd'hui ne fera pas exception. Le printemps n'existe que dans la vaste configuration astronomique qui détermine la position du jour et de la nuit dans une curieuse et véritable égalité planétaire : équinoxe.        Le printemps travaille en sourdine, de manière subreptice là où personne ne l'attend, dans le mouvement et la langueur de la sève, dans l'altitude insolente de l'astre majeur,... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 19:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 février 2015

La crise de la Culture

                  Dans la Crise de la culture, Hannah Arendt interroge l'évolution du monde moderne et l'absorption de la Culture par le capitalisme, le développement industriel de masse, la société de consommation et le loisir généralisé ; loisir qui au passage est l’inverse de la "scholè" des grecs ou de "l'otium" des romains. Elle reprend un critère de distinction qui n'est pas très éloigné de ce qu'on peut trouver chez Kant, à savoir la séparation quasi ontologique entre le... [Lire la suite]
01 février 2015

L'art de ramper

        Une lecture un peu inattentive des moralistes comme La Bruyère, La Rochefoucauld ou Chamfort pourrait donner le sentiment fallacieux, qu'ils appartiennent définitivement à leur époque, étant les témoins et les critiques des hiérarchies pompeuses de l'Ancien Régime à travers les phénomènes de cour. Ce serait passer complètement à côté de la puissante analyse anthropologique qui soutient leur sens aigu de l'observation, comme de l'humour dont ils usent, pour esquisser par exemple avec le Baron... [Lire la suite]