27 février 2012

Subjectivité philosophique - subjectivité tragique

L'énigme, Démocrite, Janvier 2012       Ne sachant jamais l'effet produit par un cours de philosophie sur l'esprit de ses élèves, le professeur se console souvent en se définissant comme un défricheur d'espaces envahis par les « mauvaises » herbes de l'opinion molle, comme un semeur jetant sur une terre plus ou moins fertile, plus ou moins ingrate, des graines dont il suppose qu'un jour elles donneront lieu à des pousses, à des arbres et à des fruits. Ce temps de la maturation supposée appartient à l'esprit de... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 15:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 février 2012

Publication : A la lisière du réel

  Après quelques semaines d'efforts, voici "A la lisière du réel", ouvrage de 36 pages (19 cm X 15 cm) - (une cinquantaine d'images accompagnées de textes déroutés).                               A la lisière du réel est une esquisse comme le sont toutes les choses apparentes qui retiennent notre attention et suscitent un geste créatif, un vagabondage dérouté et jubilatoire, fruit de mes méditations philosophico-photographiques en Pyrénées. ... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 décembre 2011

La tectonique du couple

Ces derniers temps, j'assiste, plus ou moins étonné, à l'effondrement successif d'un certain nombre de couples dans mon entourage, couples à l'ancienneté affirmée (plus de 20 ans) et dont extérieurement, rien ne pouvait laisser présager une fin si rapide et surtout si ravageuse. Une séparation n'a rien en soi d'extraordinaire lorsqu'on sait que désormais un mariage sur deux conduit au divorce. Mais ce n'est ni la statistique, ni l’aspect sociologique, ni le mariage qui m'intéressent ici d’autant que j'ai toujours éprouvé une... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:27 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 octobre 2011

L'idiot

    L'idiot a le visage éblouissant de la vérité. 
Posté par Democrite à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
24 octobre 2011

Absurdité de la culture, culture de l'absurde

  Il est de bon ton de faire usage de références, de citer Nietzsche, Kant ou Heidegger, Hugo, Lamartine ou Goethe, Spinoza, Rimbaud ou Platon sitôt qu’on veut écrire et se sentir l’âme d’un auteur inspiré. Cela vaut pour la philosophie mais aussi pour tous les domaines supposés de la culture : art, littérature, poésie, cinéma, peinture etc. Partout, des références, des maîtres à penser, des idoles, des faire-valoir, des petits chefs. Nietzsche et les autres ne sont pas des petits chefs mais faisant l’objet d’une... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:29 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
16 juillet 2011

Intuition de l'impermanence

A la bordure d'un monde qu'on croit connaître, il y a la force silencieuse du réel, la ronde déshabillée de quelques brumes infidèles. Impermanence et jeu tourbillonnaire, les deux infinis se confondent en une danse alchimique qu'aucune idée ne contient. D'ici peu, les Gabizos auront disparu et rien ne pourra me convaincre de leur présence sinon ce doux rêve qui me fait imaginer la constance des choses. Tout passe comme ces nébulons nomades. S'ils n'ont pas de réalité en soi, ils ne sont pas rien ;... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 19:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 février 2011

La marche des chagrins

Toujours nos blessures marchent devant nous. Elles rencontrent celles des autres, silencieusement, subrepticement, l'air de rien. Personne n'y prête attention. Pourtant, elles se parlent, se répondent, semblent se pénétrer d'une clameur indocile. Langage échappant à tout langage connu, elles se nourrisent de leurs échos. Secrète congruence, fraternité mélancolique, amants chahutés par le vent de l'abîme, deux tourbillons d'atomes s'apprivoisent et dansent, se raillant du destin. Provisoire... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 07:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 janvier 2011

Regarder et voir : autrui comme une oeuvre

Ces derniers temps, il m’arrive de faire des expériences de plus en plus vives à travers lesquelles les visages de mes contemporains, leurs gestes, leur corps, leur voix, leur physionomie m’apparaissent de manière totalement originale, comme de pures singularités. C’est pourtant là une évidence sensible : nous sommes tous a priori différents. Mais là, dans le cadre de cette expérience, l’évidence surgit du dehors et se met à résonner en moi avec une acuité sans pareille, comme si une insularité biologique, une idiosyncrasie marquée... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 janvier 2011

Détruire la philosophie pour philosopher

Image de Max Lerouge La philosophie tragique est, à mon sens, la plus difficile qui soit parce qu'elle est la plus simple. J'avais écrit un jour que le seul projet philosophique digne d'être réalisé consistait à dé-philosopher ou à pratiquer, comme le suggère Guy Karl dans Le Jardin philosophe, "l'A-philosophie". Dans les deux cas de figure, la philosophie s'éloigne d'elle-même, se retire de la fascination qu'elle exerce sur elle-même et se destitue de sa prétention à dire quelque chose, à sauver quoi que ce soit dans... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 novembre 2010

Du monde et de l'im-monde

L'im-monde est l'autre nom du Réel, ce qui ne fait pas monde et qui échappe à toute représentation. Le monde est, au contraire, acte de territorialisation qui consiste à prendre possession d'un espace pour l'habiter et y inscrire sa marque. Le monde peut être investi par des programmes instinctifs, par des besoins, des empreintes chimiques (comme chez les animaux) ou par des représentations ou des désirs (comme chez l'homme). Ainsi, la mouche vit-elle dans son monde, un monde de signaux, d'intensités particulières qui demeurent... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 16:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,