16 juillet 2018

Le foot : antisport et misère humaine

  Il est pour le moins intrigant d'observer à bonne distance l'hystérie collective qui s'empare des peuples à l'occasion de la coupe du monde de football. Le football, un sport ? Rien n'est moins sûr. Il suffit d'assister à quelques matchs pour être immédiatement saisi par le joli portrait de l'humanité que dessinent ces champions de la triche. Certes, on ne demande pas à des footballers d'être des parangons de haute vertu mais l'image pathétique qu'ils renvoient sous des tonnerres d'applaudissements interroge les phénomènes... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 15:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 avril 2018

Homo diffidens et vérité subjective

  Spéculaire,   La vie sociale et relationnelle s'articule autour d'un contrat qui consiste à éviter à tout prix l'irruption de la subjectivité, de sa profondeur, de ses tourments. Cela peut intriguer mais si nous constatons la nature des affects (la paranoïa) qui conditionnent l'adaptation du moi au réel, on peut comprendre qu'il soit absolument contre-indiqué de se laisser aller à la confession publique ou à l'expression de son fond obscur. Si nous sacrifions à la norme commune c'est parce qu'il s'agit de se sauver... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 21:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 décembre 2017

Désir mimétique et intersubjectivité

  L'observation distanciée d'une conversation entre adultes, que ce soit sur le lieu de travail ou ailleurs, fournit une bonne occasion d'analyser la structure généralisée et dramatiquement ordinaire du désir mimétique soumis à l'infernale logique de la reconnaissance. Le désir mimétique est désir du désir de l'autre. Si René Girard l'a largement thématisé, on doit à Hegel et à ses commentateurs tel Jean Hyppolite de l'avoir pensé. Le désir du sujet se constitue d'abord dans le fait d'être soutenu par le désir de l'autre -... [Lire la suite]
10 décembre 2017

Joie tragique et vérité

                "Exister équivaut à un acte de foi, à une protestation contre la vérité".    Cioran, Précis de décomposition.         Comment ne pas entendre dans cette formule ramassée, dans ce trait fulgurant la sinistre vérité de notre condition ? Peut-on froidement regarder le réel en face, contempler avec lucidité l'improbable déroulement de l'existence voué au hasard, à la maladie, à la vieillesse, à la déchéance et à la mort sans se... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 23:53 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
24 octobre 2017

La philosophie : un théâtre social ordinaire

              A mesure qu'on prend conscience du pouvoir du jeu social, de son extension dans tous les domaines de l'existence, de ses modalités d'infiltration dans les couches les plus profondes de la subjectivité, se pose pour soi l'étrange question d'un reste, d'une part qui serait le propre du sujet en deçà des rôles et des activités joués avec plus ou moins de complaisance. Cet enjeu est si difficile qu'il exigerait pour le saisir dans sa radicalité de se délivrer du langage et de la parole... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 12:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
18 mars 2017

Qu'est-ce que savoir ?

C'est dans le cadre d'une réflexion et d'une discussion collectives avec des amis chers que m'est venue cette idée : le savoir n'est pas une chose qui pourrait faire l'objet d'une quête ou d'une conquête. S'il est placé comme finalité du désir, alors il ne peut être que manqué et témoigne d'une pulsion de maîtrise dont la faille irréductible est la condition première et son intentionnalité, une illusion. Cette vision au fond platonicienne ne fait qu'entretenir une course à l'échalote confondant indéfiniment savoir et connaissance. ... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

31 janvier 2017

Ce qu'on dit ment

  Nous aimerions nous passer de la vérité, nous moquer de cette exigence et vivre du relativisme, quitte à sombrer dans le nihilisme qui guette dans l'ombre la dislocation de nos forces, à la manière de l'intempérie -celle dont nous savons par expérience qu'elle emporte tout sur son passage. Nous serions flattés d'abolir tout rapport au réel dans la plainte de la désagrégation infinie comme dans la victoire d'une parole sans référent. C'est bien ce qui se passe. Rien de pire que la vérité dans les affaires humaines. Mais la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 08:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
19 décembre 2016

Déroutes philosophiques

 clic sur les images          Une déroute philosophique n'est pas chose aisée. Emprunter les sentes qui nous mènent à l'écart de nous-mêmes donne le sentiment de la perdition, d'une possible dislocation du moi sombrant dans l'abîme. Qui pourra, même provisoirement, se défaire de ses chaînes et courir mains ouvertes dans les vastes étendues d'une plaine indomptée ? Qui pour demeurer en funambule sur le fil d'une aventure qui est celle de toute vie résolue, de toute pensée ouverte, avec sa part d'errance,... [Lire la suite]
09 novembre 2016

Théâtre social et aliénation

           Le caractère théâtral de l'existence sociale atteint son point le plus haut, le plus évidemment paroxystique lorsque cessent aux yeux de tous, les féroces hostilités, les coups les plus rudes, les chocs les plus profonds. Alors, l'animal humain peut-il avantageusement se laisser aller à son besoin d'humanité, aux illusions d'une domesticité à bon compte arrachée aux instincts, en refoulant simultanément dans les intermondes organiques, la cruelle vérité qui mobilisa sa folle puissance dans le... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 21:53 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
29 mai 2016

Enseigner la philosophie ou l'art de donner du jeu au jeu

         A la suite de mon dernier article, deux témoignages de lecteurs m'incitent à interroger l'enseignement de la philosophie dans son rapport au jeu social.            L'enseignement de la philosophie n'échappe pas au jeu social, au théâtre institutionnel. Il faut rappeler ici la grande leçon de la sociologie de Durkheim à savoir que l'institution précède toute rencontre et s'interpose entre des individus qui se font face et qui ne se sont pas choisis. Or, ce... [Lire la suite]