15 novembre 2014

La fiction du pouvoir

          Pascal, dans son Premier discours sur la condition des Grands en 1660 imagine un voyageur jeté par une tempête sur une île inconnue et dont les autochtones recherchent leur roi disparu. Curieusement, notre homme ressemble trait pour trait à ce chef de tribu si bien qu'il est immédiatement pris pour lui et reçoit tous les honneurs dus à son rang et toutes les déférences liées au pouvoir qu'il représente. S'abandonnant à sa nouvelle condition et jouissant de son nouveau statut, il ne cesse pourtant... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 septembre 2014

De la faille et de la brèche

Démocrite, 02 février 2010, avalanche au Canaourouye, Pyrénées ossaloises                                            On me demande : pourquoi articuler la philosophie et l'expérience de la faille ? Pourquoi en revenir toujours au réel et au tragique de la vie ?        Je voudrais répondre par cette histoire vécue il y a quelques années. Lors d'une ascension hivernale d'un sommet modeste en Pyrénées (le... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 août 2014

Mirage de la communication

                  Le seul degré possible de communication repose sur un minimum pensable ayant pour centre ou pour pot commun l'incommunicable. Qui pourra partager ce minimum ?          Ayant procédé régulièrement à la critique du langage, je dois reconnaître le caractère dérisoire de ces écrits et leur insignifiance essentielle. Il y a, comme pour toute relation supposée, un petit quelque chose qui ne circule jamais vraiment entre soi et l'autre, entre... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 14:00 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 juillet 2014

"L'oubli animal" : un oubli métaphysique

                            D’ordinaire, nous pensons l’oubli dans un rapport à la mémoire, comme une impossibilité d’accéder au moins provisoirement, à une information stockée. Il existe aussi l’oubli inconscient désignant la forme la plus révélatrice de l’acte manqué comme l’analyse Freud dans la Psychopathologie, renvoyant le sujet à ses propres conflits psychiques. Une troisième forme d’oubli serait davantage liée à un acte volontaire consistant à effacer de la... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 01:34 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
14 juin 2014

Le Chaos philosophe

        J'invite tous les lecteurs à la recherche d'un philosopher authentique à découvrir le nouveau blogue de Guy Karl dont je publie ici même la présentation. Chacun pourra mesurer l'envergure du propos et l'intensité philosophique du projet. A suivre donc sans la moindre hésitation et longue vie au Chaos philosophe.           "A l'origine était Khaos"... la faille, le hiatus, le fond sans fond. Mais l'origine n'est pas le commencement.... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 08:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 juin 2014

Mélancolie et création

Photo de Démocrite, Méditation embrasée en Barétous         Il m'est souvent arrivé d'interroger la source de l'art et notamment les motivations secrètes de toute pratique photographique. N'y aurait-il pas un lien de type mélancolique entre le sujet photographe et l'objet ou la scène qu'il s'agit d'inscrire, de figer, de capturer dans son viseur ? Je me suis souvent posé la question pour moi-même, m'interrogeant sur le rapport à l'objet perdu, à ces intensités dont on sait le caractère passager, évanescent... [Lire la suite]

21 mai 2014

La haine de la vérité

        Nous savons depuis longtemps, nous autres Atomistes déroutés, Sceptiques vagabonds, Héraclitéens ventilés combien il est non seulement utile mais nécessaire de distinguer la philosophie comme corpus constitué et l'acte philosophique, ce que nous appelons le philosopher. Entre les deux glissent l'amertume de la vérité et son cortège tragique, c'est-à-dire l'expérience intime de la fêlure qu'aucun concept ne peut adéquatement recouvrir. C'est pourquoi, il est aisé d'apprendre la philosophie, de... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:29 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
16 avril 2014

La faille narcissique

       Les hommes ne sont intéressants que lorsqu'ils souffrent. Tant que leur misère reste enfouie sous le plastron rassurant des commodités sociales, des conventions, tant que l'éclat illusoire des postures et des apparences sauve la mise, tout semble aller et chacun ne s'occupe que de soi dans un mirage narcissique de réussite, bardée de vanité et d'orgueil. Sitôt que la structure se fissure et qu'ils sont ravagés par le risque de l'effondrement majeur, ils accèdent alors à des sentiments qui leur faisaient... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 10:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
07 mars 2014

Une identité qui sent le cadavre

        "Toute identification s'accompagne simultanément d'une désidentification" notait Sartre avec raison. Je ne peux jamais me saisir moi dans une image sans me perdre à nouveau et sans constater qu'entre la vie subjective et la représentation subsiste un écart que rien ne vient combler. Je ne peux être dans le même temps sujet et objet ! De même, le philosophe écossais, Hume, souligne dans des pages flamboyantes de son Traité de la nature humaine que le moi n'est qu'un fantôme, qu'un insaisissable galimatias... [Lire la suite]
Posté par Democrite à 17:20 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
30 janvier 2014

Le soleil noir de l'inconscient

                        César Chesneau, sieur du Marsais (Dumarsais) écrit dans l'article "philosophe" de l'Encyclopédie que « les hommes marchent dans les ténèbres au lieu que le philosophe, dans ses passions mêmes, n'agit qu'après la réflexion ; il marche la nuit, mais il est précédé d'un flambeau ». Cet idéal de la raison qu'agite la philosophie des Lumières pour faire accroire aux naïfs en sa puissance de résistance et de désagrégation de... [Lire la suite]